Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 19:01

PRESIDENT REPFrançaises, Français,

Mes chers concitoyens,

Je m’adresse à vous, ce soir, pour la première fois depuis sept mois, car notre pays et le Monde vivent un moment exceptionnel, comme il y en eut quelques-uns dans l’histoire de l’Humanité, qui nécessite que nous nous remettions en cause, que nous révisions des idées que nous pensions définitives et que nous modifiions nos comportements, nos habitudes y compris nos façons de gouverner. J’y ai longuement réfléchi, je ne vous cache pas que j’ai hésité, me demandant si je ne me trompais pas dans le diagnostic qui, peu à peu, s’est imposé à moi depuis que vous m’avez fait l’honneur de m’élire à la magistrature suprême et à la très lourde charge qui l’accompagne. Après la Grèce, c’est Chypre qui est désormais dans la tourmente et, si nous ne prenons pas les décisions audacieuses qui permettront de s’attaquer aux racines même de cette crise, c’est l’Italie, le Portugal, l’Espagne et bientôt la France qui seront entraînés dans la spirale ouverte aux Etats-Unis par la crise des subprimes qui, par un effet domino, touche désormais toutes les économies dépendantes du système bancaire international. L’origine de cette crise réside dans la recherche effrénée du profit maximum jamais suffisant pour rémunérer les capitaux qui, sinon se délocalisent, aggravent la concurrence et font tomber et disparaître les moins puissants bien qu’immensément riches. C’est dans la nature même du « capital financier », indépendamment des hommes qui dirigent. C’est la raison pour laquelle les centaines de milliards versés par les Etats aux banques, pour les remettre à flot, n’ont fait qu’alimenter la spéculation, accentuant la spirale dévastatrice dont les Peuples paient l’addition.

Je vous confesse que cette analyse qui m’apparait évidente aujourd’hui, ne correspond pas ma pensée antérieure nourrie de l’enseignement de l’économie classique dite libérale. Oui, je sais, une autre école,  continuatrice des recherches de Karl Marx, prône un modèle de développement économique différent, à partir de ce que Marx avait appelé « la baisse tendantielle du taux moyen de profit » qui, selon lui, générait cette fuite en avant dans la recherche du profit et, à ses yeux, condamnait le régime « capitaliste ». Je me suis toujours méfier de cette théorie qui me semblait ne pas correspondre à la réalité que j’avais devant les yeux : c’est avant tout la production de marchandises qui crée des emplois, mais pour produire il faut investir, donc disposer de capitaux. Ce qui n’est pas faux, mais ne rend pas compte de toute la réalité et notamment des objectifs que se fixent les organismes détenteurs de capitaux : s’enrichir en produisant ou s’enrichir par divers subterfuges ? Qu’est-ce qui est premier pour eux : produire pour répondre aux besoins humains ou faire de l’argent ?

Cette prise de conscience a été pour moi douloureuse. Elle ne s’est imposée qu’après de longs débats intérieurs et avec des amis et des économistes. Je ne vous cache pas que nombreux parmi mes amis sont ceux qui ne m’approuvent pas. Quelques-uns, rares il est vrai, par intérêt. Le plus grand nombre par paresse intellectuelle. Je vous prends donc à témoin. C’est vous qui, en dernier ressort, devrez en décider. Cette analyse doit se traduire en actes que vous jugerez peut-être en contradiction avec mes promesses de campagne électorale. Encore que celles-ci pouvaient être interprétées de différentes façons y compris contradictoires. Certains d’entre vous me l’avaient d’ailleurs fait remarquer avec une certaine virulence. Le « Pacte budgétaire européen sur la stabilisation, la coordination et la gouvernance »   par exemple, que j’ai fait adopter par le Parlement est contraire à l’engagement que j’avais pris. Je croyais bien faire un faisant un compromis avec notre grand voisin l’Allemagne. Je reconnais m’être trompé et j’ai décidé les mesures d’urgence suivantes :

-           M’inspirant de l’exemple du défunt Président Chavez au Vénézuéla, depuis cet après-midi les banques situées sur le territoire national sont sous le contrôle de l’Etat et nous allons faire voter une loi qui permettra  aux syndicats de salariés et aux représentants des usagers d’avoir, avec les représentants de l’Etat, la majorité dans les conseils d’administration.

-           Nous allons établir une liste d’entreprises dont la production est vitale pour notre pays et nous procèderons à leur égard comme avec les banques.

-        Je retire l’Accords National Interprofessionnel de l’ordre du jour du Parlement et je demande aux syndicats et au patronat d’engager une nouvelle négociation. Nous n’accepterons de légiférer que sur la base d’un accord qui aura reçu l’approbation des syndicats représentant la majorité des salariés.

-          Les fermetures d’entreprises et les licenciements sont gelés jusqu’au vote d’une loi interdisant les licenciements boursiers          .

-               Les minimas sociaux et le SMIC seront augmentés de 15% le 1er juillet 2013.

-          Je vais appliquer l’engagement que j’avais pris d’instaurer une tranche d’impôtde 75% sur les revenus supérieurs à 1 million d’euros par an (100.000 € par mois)..

-         Concernant le Mali, je prends l’engagement de ne pas maintenir de base militaire française dans ce pays, dès que l’ONU aura pris des dispositions concrètes pour maintenir la paix dans un Mali réunifié. L’embargo sur les armes à destination de la Syrie est maintenu.

-        Ces premières décisions urgentes – d’autres suivront – ne seront pas prises par ordonnances, mais soumises aux deux Chambres du Parlement. Si cela s’avérait impossible. L’Assemblée Nationale sera dissoute et de nouvelles élections auront lieu à l’automne 2013.

-          Enfin, je vais mettre en chantier une révision de la Constitution afin de redonner le pouvoir au Parlement et une modification du code électoral instaurant le scrutin proportionnel pour toutes les élections et donnant le droit de vote  pour l’élection des collectivités locales aux résidents français non communautaires.

-           J’ai décidé de mettre fin à l’action du gouvernement actuel et de nommer un premier ministre qui prendra contact avec tous les partis de gauche – je dis bien, tous les partis de gauche – afin de leur proposer de participer au prochain gouvernement qui devra mettre en œuvre ces premières mesures d’urgence.

       Et l’Europe ? Me direz-vous... Vous savez combien j’y suis attaché, car l’Europe est notre avenir dans le respect des Nations qui la composent. Je vais donc poursuivre ma tâche pour la rendre plus humaine. Mais précisément l’exemple que nous donnerons, fera je crois école et inspirera les autres Peuples de notre continent. Dans l’immédiat, il est certain que les organismes européens vont tenter de nous mettre des bâtons dans les roues. Il faudra résister. La France est un grand pays qui compte dans le Monde. L’Europe ne pourra pas nous exclure. Il faudra bien qu’elle s’accommode de nous tels que nous sommes. Elle s’est bien accommodée de l’Angleterre… J’ai confiance. Je compte sur vous. Le Peuple de France qui, si souvent dans l’histoire, a ouvert des chemins nouveaux devra une nouvelle fois se faire entendre. Pacifiquement et avec résolution.

Ensemble nous réussirons.

Avant de vous souhaiter une bonne soirée, permettez-moi, en cette veille du 29 mars, date du 54e anniversaire de la mort au combat du Colonel Amirouche, d’avoir une pensée amicale pour les dirigeants et le Peuple de l’Algérie où je me suis rendu récemment et où j’ai été si bien reçu.

Je vous remercie.

Vive la République,

Vive la France.

28 mars 2013

Allocution attribuée par Bernard Deschamps à François HOLLANDE sans son autorisation.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

BERNARD DESCHAMPS 02/04/2013 21:04

Je l'ai lu. Style remarquable, discutable sur le fond.Connaissant l'arrière-plan politique, il m'a prodigieusement énervé. Mais je suis pour la liberté de création, d'édition et de diffusion.

olivier brones 02/04/2013 16:46

je souscrits totalement,rien à dire .
je lis un livre de Boualem Sansal "le village de l'allemand" ,je vous le recommande à tous visiteurs de ce blog quelques vidéo circule sur le net aussi
olivier Bronès

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens