Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

SOUDORGUES DANS LA TOURMENTE, 1943-1944

Par Serge RIGAL

Enseignant

(avec l’autorisation de l’auteur)

 

Introduction : 2019 est une année mémorielle. On commémore le 75° anniversaire de la libération de la France. Les maquis ont pris part à ces combats, en libérant des régions comme dans le sud-ouest ou en harcelant, retardant les troupes allemandes qui se dirigeaient vers la Normandie, permettant ainsi le succès du débarquement allié. Il y a eu 2 maquis à Soudorgues, voici leur histoire sans toutefois expliciter tous les combats. Ils expliquent la présence de nombreux lieux de mémoire sur la commune de Soudorgues et ses environs.

 

I ) A l’origine était l’Aigoual

L’histoire des maquis de Soudorgues commence dans les forêts de l’Aigoual au lieu dit Le Bidil près d’Aire de Côte. Le 1° juillet 1943, le maquis d’Aire de Côte est anéanti par les allemands. Il y avait eu jusqu’à une centaine de maquisards ; une vingtaine était partie car l’encadrement et l’armement étaient insuffisants. Sur les 80 maquisards présents au moment de l’attaque, une vingtaine arrive à s’échapper et à rejoindre Lasalle avec leur commandant Rascalon. En cet hiver 43, le STO (service du travail obligatoire ) oblige les jeunes français nés dans les années 20, 21 et 22 à partir travailler en Allemagne. Quelques réfractaires sont cachés par Guy Arnault et Robert Francisque à Malérargues. Avec les rescapés du maquis d’Aire de Côte, ils formeront le maquis de Lasalle. Ce maquis ne reste pas plus de 25 jours au même endroit pour des raisons de sécurité. Il s’installe successivement à Malérargues, aux Fosses, à Loubatière, au Serre et à Laudernet dans des fermes isolées ou des jasses de Lasalle et des communes voisines. L’école des cadres du maquis se met en place. La 1° session aura lieu à Malérargues (Thoiras), la 2° à Soudorgues au Mourier. Il y en aura une 3° à Ardaillès près de Valleraugue. Les jeunes maquisards y apprennent le maniement des armes, des notions de guérilla bref une formation militaire de base pour eux qui n’ont pas connu le service militaire ni son substitut qu’étaient les chantiers de jeunesse de Vichy. Il s’agit aussi de former les futurs chefs du maquis.

 

II) La scission

Il faut nourrir ces jeunes, pour cela y contribuent des cartes d’alimentation envoyées par les mairies dont celle de Soudorgues d’Alphonse Rémézy. Il faut aussi les vêtir et les armer. Pour cela il y a les actions de commando, des coups de main du corps franc (groupe armé d’intervention du maquis ) qui intervient loin de Lasalle. Le commandant Rascalon est partisan d’une politique prudente, attentiste disent certains qui brûlent d’aller au combat. Rascalon prône plutôt l’attente du jour J et un signal venu de Londres pour passer à l’action. Il n’est pas partisan d’actions spectaculaires risquant d’attirer des représailles sur la population locale. Le maquis de Lasalle est A.S. c'est-à-dire gaulliste. Ses chefs se disent apolitiques. Un groupe de jeunes, dont plusieurs sont proches du parti communiste, frustrés de ne pouvoir faire partie du corps franc, fait scission. Onze d’entre eux forment un maquis autonome le 05/02/44 qui sera basé au Mas du Serre.(1)

 

III Le Maquis du Serre

Le mas du Serre est situé sur la commune de Soudorgues, dans la haute vallée de la Salindrenque, sur sa rive droite, face au hameau de La Coste. Ces maquisards connaissent les lieux car ils y ont auparavant établi leur campement avec le maquis de Lasalle. Le 27/02/44 , ce maquis sera affilié aux maquis FTP (maquis communistes) sous le nom de «  camp N°4 » mais le nom de « Maquis du Serre » restera même après avoir quitté cet endroit. Le 1° problème est celui du ravitaillement, la cohabitation avec le maquis de Lasalle nécessite des compromis. Il faut aussi récupérer des explosifs auprès des mines de St Félix de Pallières pour pratiquer des actions de sabotage (pylones EDF, voies ferrées).

 

En avril 44, un évènement presque anodin va être lourd de conséquences. Pour transporter du matériel radio, le maquis du Serre a réquisitionné une voiture et une moto chez un commerçant de Lasalle. Ce dernier n’a pas porté plainte, mais le lieutenant de gendarmerie du Vigan de passage à Lasalle en a connaissance, fait du zèle et veut arrêter les « voleurs ». Le 23/04/44, Il demande aux gendarmes de Lasalle d’établir un barrage au pont de la Baraquette à la sortie de Lasalle en direction de St Hippolyte où ont été signalés les « bandits » (comme les appelait l’administration de Vichy). 2 maquisards sont arrêtés au barrage. Un des maquisards n’a pas de papier, l’autre montre aux gendarmes des papiers le présentant comme instituteur, un jour de classe ! Il reconnait que ces papiers sont faux et être maquisard ; les papiers sont confisqués, il se voit livré aux allemands d’où

fuite et échange de coups de feu. Ils forcent le barrage blessant 2 gendarmes dont le maréchal des logis chef Mérel. Grièvement blessé, ce dernier décèdera le lendemain. A la fin de la journée, 2 autres maquisards de retour de mission de St Hippolyte souhaitent regagner au plus vite le mas du Serre. Ils décident de forcer le barrage. Ils sont blessés( dont l’un grièvement )et sont arrêtés par les gendarmes. Malgré une enquête diligentée à la libération, les circonstances du drame n’ont pas été établies, y a-t-il eu des sommations ? Les 2 maquisards blessés sont envoyés à Nîmes. Ils sont condamnés à mort et envoyés à l’hôpital en attendant l’exécution. Une tentative du maquis pour les libérer échoue car Octave Caplan est intransportable et Jaques Baby, l’autre maquisard refuse d’abandonner son camarade. Ce dernier sera fusillé par des policiers français appelés de l’extérieur ,car les gendarmes ont refusé de participer au peloton. A leur décharge, les policiers ignoraient tout de cette histoire. Les gendarmes nîmois qui ont refusé de participer au peloton d’exécution sont mis aux arrêts et finalement sauvés par le débarquement en Provence et l’avance rapide des troupes alliées. Octave Caplan mourra à l’hôpital dans un bombardement américain .Cette histoire est d’autant plus triste que le gendarme chef Mérel était lié à la résistance. Il prévenait le maquis de Lasalle des mouvements des allemands. Il avait joué un rôle important dans la tentative de rafle à Soudorgues, contribuant à la faire échouer. Son nom est gravé sur le monument aux morts des martyrs de la résistance de Lasalle. Quelques mois plus tard, sa veuve sera déterminante pour sauver le Pasteur Séguy lui-même sauveur des otages du combat de Cornély.

 

Immédiatement, le maquis quitte le mas du Serre pour s’installer près de la maison forestière de la Perjurade au camp du « Bartas » à proximité de la commune de Soudorgues. Peu de temps après, il sera à St Hippolyte puis rejoindra le maquis de Roquedur dans la vallée de l’Hérault pour participer aux combats de la libération. Au total, le maquis du Serre concernera une trentaine de maquisards, jamais plus de 20 simultanément. 8 d’entre eux sont morts pour la France. Tous les autres rejoindront la 1° armée française après le débarquement en Provence, les futurs « Rhin et Danube » qui libèreront une partie importante de la France de la Provence jusqu’en Alsace et continueront le combat en Allemagne et en Autriche.

 

Une curieuse anecdote pour terminer. A l’invitation de Brigitte et Philippe Mastras, je suis allé visiter le mas du Serre à l’été 2018. J’ai vu la plaque qui rend hommage au maquis du Serre. Cette plaque ne correspond pas à la photo que nous avions dans nos documents. L’explication la plus plausible était que cette plaque avait été descellée après sa première pose du 11/11/44, et remplacée par une nouvelle pour faire figurer les morts supplémentaires, car la place manquait sur la première plaque.

En réalité c’est exactement le contraire. Sur la première plaque figurait le nom d’un disparu qu’on croyait mort : François Escobar dit Zouïka. Blessé et hospitalisé loin de Soudorgues, il est réapparu des mois plus tard ; d’où la nécessité d’une nouvelle plaque où son nom ne figurait plus.

 

IV)Le maquis de la Grand’Borie

Instruit par la tragédie d’Aire de Côte, Rascalon ne souhaite pas une concentration trop importante au maquis de Lasalle. Il fait savoir, notamment par son épouse active dans l’organisation du maquis, aux candidats originaires des environs de Lasalle de rester cachés chez eux en attendant son signal.

Malgré cela le nombre de maquisards augmente grâce à ceux extérieurs à la région. Il en vient de Nîmes, Montpellier, Marseille, ils ont pris des risques pour venir. Il serait trop dangereux de les renvoyer chez eux. Les chefs du maquis décident de créer un camp annexe d’une vingtaine de jeunes à la Grand’Borie à Soudorgues sous le commandement du soudorguais Jean Viala. Des réunions de chefs du maquis ont lieu à son domicile au Moina et le plus souvent aux Horts au domicile des Hébrard, Jeanne et Emile. Le commandant Rascalon présente leur maison comme le PC du maquis, elle servait aussi d’entrepôt de matériel. Des provisions sont aussi cachées dans une maison voisine aux Horts chez la famille Mourgues.

 

En mai 44, les allemands savent que le débarquement allié est proche .Ils ne veulent pas combattre sur 2 fronts, il leur faut donc détruire les nombreux maquis cévenols. Une unité formée de Waffen SS, la sinistre bande à Harry, unité anti-terroriste, spécialisée dans la lutte contre les maquis est basée à Alès. En se faisant passer pour des pilotes américains abattus qui cherchent à gagner le maquis, ils atteignent le château de Malérargues où Robert Francisque le chef militaire du maquis de Lasalle est assassinée(2). 2 autres maquisards sont arrêtés. L’un d’eux, pour éviter la torture se met au service des Waffen SS. Il conduit les allemands à Soudorgues où le maquis de la Grand’Borie est décimé, puis aux Horts où Mme Hébrard est fusillée(3). Le bilan de la Grand’Borie est lourd. Un blessé, un condamné à mort mais rescapé .D’autres seront déportés ; parmi eux Elie Fournier de

Soudorgues qui ne reviendra pas des camps de la mort. Le traitre sera plus tard arrêté, jugé et exécuté par le maquis.

 

Les rescapés rejoindront le maquis de Lasalle ; leur histoire se confond ensuite avec celle de ce maquis. Ils participeront au combat de Cornély. En juin 44, ils seront plus de 200 à l’Espérou. Avec le maquis de la Soureilhade d’Ardaillès du Pasteur Olivès, ils formeront le maquis Aigoual-Cévennes. Ils seront plus de 2000, la plus grande unité FFI( forces françaises de l’intérieur) du Gard. Ils participeront au combat de la libération de ce département. Après l’été 44, une partie des maquisards de l’Aigoual Cévennes rentrera dans ses foyers. La majorité signera un engagement pour la durée de la guerre auprès de la 1° armée française du général De Lattre de Tassigny. Ils permettront de relever les troupes indigènes des régiments coloniaux sur le front sans interruption depuis 43 et la campagne d’Italie. Au col du Mercou, une stèle sobre rappelle le martyre du maquis de la Grand’Borie. Sous le nom des 4 victimes ( dont 2 morts en déportation Fournier et Delon) ;

vers de Victor Hugo extraits de « Les chants du crépuscule » : Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie.

 

V) Conclusion : l’histoire continue

Une vingtaine d’années après la guerre, en 1966, l’histoire de Soudorgues et du maquis allait trouver un curieux prolongement. Costa-Gavras, alors jeune réalisateur, tournait son 2° film « Un homme de trop » d’après un roman de J.P. Chabrol dont l’action se situe dans les Cévennes en 44. Le film est en partie tourné sur la commune de Soudorgues. Le camp des maquisards est situé près du rocher de l’Aigle dans le massif du Fageas. Ce film est passé encore récemment à la TV sur la chaine ARTE en 2017(4). L’histoire n’est pas terminée. Après 40 ans de mandat comme Maire de Soudorgues, Alphonse Rémézy était remplacé par Jean Gazaix en 1971 qui sera maire jusqu’en 1995.Dans la résistance, Il avait été le secrétaire du commandant Rascalon et son contact à la mairie de Lasalle. Il avait aussi été présent au combat de Cornély. Secrétaire de Mairie de Lasalle, il sera conseiller

général du Gard. Enfin le foyer de Soudorgues porte le nom de Lucie et Raymond Aubrac, le couple le plus célèbre et emblématique de la résistance française.

 

(1) Gérard Ménatory dit Tito est l’un des fondateurs du Maquis du Serre. Il sera arrêté à Lasalle et déporté à Mauthausen. Il sera après la guerre journaliste à Midi Libre et fondateurdu parc à loups du Gévaudan à Marvejols.

 

(2) Robert Francisque dit Robert Lenoir est arrêté au château de Malérargues à Thoiras dont il est l’intendant. Pour l’empêcher de s’évader, les Waffen SS lui font baisser son pantalon. Ils le tuent ainsi que son chien, son inséparable compagnon des promenades solitaires qu’il affectionnait. Il sera inhumé dans l’intimité à Malérargues, puis plus tard à Lasalle sous le château de Cornély. C’est à l’emplacement de sa tombe que sera inaugurée en 1966 la stèle des martyrs de la résistance. La place la plus importante de Lasalle située entre le temple et les écoles porte son nom.

 

(3) Les obsèques de Jeanne Hébrard auront lieu au temple de Soudorgues, bondé malgré les difficultés de déplacement de cette période de l’occupation. Le Pasteur Wasserfallen de l’ERE de Lasalle prêchera sur « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ». C’est ce verset qui est gravé sur la plaque de la Tournelle aux Horts, proche de

l’endroit où Jeanne Hébrard a été fusillée. Elle voulait prévenir ses proches ou les personnes réfugiées dans sa propriété de l’arrivée des Waffen SS. Un historien de la résistance, mal informé, la présente comme une victime presque par hasard : à cause de sa surdité, elle n’aurait pas entendu arriver les allemands. Cette information erronée sera reprise dans d’autres ouvrages.

 

(4 ) Malgré une belle distribution où figurent Michel Piccoli, Claude Brasseur et Bruno Crémer, le film ne connaitra qu’un demi-succès à sa sortie en salles .C’était le2° film de ce réalisateur grec d’origine, Il n’était pas encore très connu. Il le sera plus tard par une filmographie riche et souvent d’inspiration politique. Toutefois les images du Fageas en ce printemps cévenol sont superbes. On reconnait parfaitement les lieux qui depuis ont un peu changé car une route forestière supplémentaire démarre désormais au col situé au pied du rocher de l’Aigle , entre celui-ci et le Fageas.

 

Serge RIGAL

Montpellier-Soudorgues

Serge Rigal : cévenol né à Alès. Professeur retraité, agrégé de l’université. A enseigné les mathématiques pendant 40 ans en Côte d’Ivoire, en Autriche et à Montpellier où il a fini sa carrière. Passionné d’Histoire, il se partage entre Montpellier et Lasalle dans les Cévennes où il fait connaitre ses recherches sur l’histoire locale sous forme d’exposés ou de conférences.

Partager cette page

Repost0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens