Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 15:54
D'ANNIE STEINER POUR FERNAND IVETON
D'ANNIE STEINER POUR FERNAND IVETON

J'ai acheté ce matin "De nos frères blessés", le roman de Joseph Andras ( Actes Sud, avril 2016) qui relate les derniers instants de Fernand Iveton guillotiné le 11 février 1957 à la prison Barberousse d'Alger. Je ne l'ai pas encore lu mais je suis tombé sur la dernière page qui reproduit cet extrait de poème:

"Puis le coq a chanté

Ce matin ils ont osé.

Ils ont osé vous assassiner

En nos corps fortifiés

Que vive notre idéal

Et vos sangs entremêlés

Pour que demain ils n'osent plus

Ils n'osent plus nous assassiner."

dont l'auteure, nous dit Joseph Andras (sans indiquer son nom) est "une européenne d'Algérie, indépendantiste et condamnée à cinq années de détention." Cette européenne est notre chère amie Annie Steiner que nous rencontrons lors de chacun de nos voyages à Alger. Ancienne moudjahida membre du réseau FLN d’Alger. Cheveux blancs, coupés court, l’allure d’une jeune grand-mère. Née le 7 février 1928 à Marengo, sa famille était originaire de Florence (Italie). Le papa directeur d’hôpital. La maman enseignante. Une famille aisée qui lui permit de faire des études supérieures. Diplômée de droit, mariée à l’architecte suisse Rudolf Steiner, elle s’engage à 20 ans dans la Résistance algérienne. Européenne d’origine, elle combat pour l’indépendance de son pays, l’Algérie. Arrêtée en 1956, elle fera six prisons : Barberousse, Maison Carrée, Blida, la Petite Roquette à Paris, Rennes et Pau. Cette héroïne est restée d’une grande simplicité et d’une grande gentillesse. De sa cellule dans la prison de Barberousse, elle assista au supplice de Fernand Iveton, Ahmed Lakhnèche et de Mohamed Ouenouri. Amie du poète Jean Sénac, le soir même, Annie a écrit ces vers:

« Ce matin ils ont osé

Ils ont osé vous assassiner

C’était un matin clair

Aussi doux que les autres

Où vous aviez envie de vivre et de chanter

Vivre était votre droit

Vous l’avez refusé

Pour que par votre sang d’autres soient libérés. »

Je lis ces vers lorsque nous allons sur la tombe de Fernand Iveton au Cimetière de Bologhine. Fernand Iveton est mort en criant : « Je meurs pour que l’Algérie soit indépendante. » Il était de ceux dont Jean Sénac disait :

« S’ils sont armés

C’est de roses nocturnes

Ils ne savent battre

Que le rappel des cœurs »

-« Espoir et Paroles, poèmes algériens » recueillis par Denise Barrat - Seghers

Partager cet article

Repost 0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens