Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 15:56

AID-NOEL-2009--Midi-Libre-180.jpgEn Novembre 2012,  grâce aux liens d’amitié noués depuis bien longtemps avec une de mes anciennes élèves du lycée Mohamed Abdou de Miliana(1969/1971), nous sommes informés, mon épouse et moi-même, que des «  retrouvailles » entre élèves et professeurs sont prévues pour le 1er Mai 2013.  Nous découvrons ainsi le site annonçant ces festivités.

 C’est avec bonheur que je me suis donc inscrit pour ces «  retrouvailles » et que j’ai  pu participer  avec une émotion dont j’étais alors loin de mesurer l’intensité, au 1er Mai 2013 du lycée Mohamed Abdou de Miliana en Algérie.

 

La matinée fut largement consacrée à permettre à chacune des personnes présentes de retrouver des amies  ( c’était pour certaines la première fois qu’elles se revoyaient depuis 20, 30, 40,50 et même 60 ans ) dans une joyeuse envolée d’ hésitations à se reconnaître, d’ embrassades et de souvenirs échangés. Pour ma part, ayant apporté quelques exemplaires du palmarès annuel  établi lorsque j’enseignais là, je fus assailli  de dames  ayant retrouvé leur exaltation d’adolescentes, cherchant leurs noms dans les listes de prix et  évoquant mes cours et leur enthousiasme ancien.

Puis vint le moment plus officiel : l’évocation des disparues, le discours de monsieur le Proviseur après le lever des couleurs  et le témoignage d’Eliane, âgée de  87 ans qui avait tenu à faire le voyage pour évoquer   son enfance  et son lycée.  Plus tard ce sera le tour de Chantal, partie en 62 et tout aussi émue et heureuse de se retrouver au milieu de ses amies d’enfance.

A Midi, la cloche retentit et c’est en rang que le flot  se rendit à la cantine,  tandis que les anciennes et nouvelles surveillantes générales, veillaient au  bon déroulement de l’entrée au réfectoire dans les rires et les bavardages incessants.

LYCEE MILIANAL’après midi fut consacré aux photos de groupes.  Puis aux  témoignages exprimés par quelques professeurs présents qui, après avoir remercié chaleureusement les initiatrices et organisatrices de la rencontre et le proviseur ainsi que tout le personnel actuel du lycée, racontèrent, durant quelques minutes, leur histoire avec le lycée Mohamed Abdou  et ce qui les avait poussés à revenir  participer à cette fête. Il y eut le prof de gym qui entraina l’équipe de volley qui eut son heure de gloire, le prof de dessin qui raconta qu’âgé à ses débuts d’à peine 19 ans, il appréhendait un peu de traverser la cour où une véritable volière de jeunes filles espiègles l’intimidait beaucoup….. Nous étions deux à être venus de France et marqués tous les deux par l’empreinte indélébile que nous a laissé notre enseignement dans ce lycée.

Pour ma part, voici ce qu’a été à peu près la teneur de mon témoignage :

 

« j’ai été professeur d’histoire –géographie au lycée Mohamed Abdou de 1969 à 1971 . je commençais alors ma carrière d’enseignant et ces deux années  ont été pour moi des années qui m’ont marqué à tout jamais.   J’ai appris ici mon métier  avec des élèves qui  ont répondu à mon enseignement avec intérêt et même passion. Le bonheur que nous avons à nous retrouver aujourd’hui montre que si elles ont été parfois espiègles , le désir d’apprendre était leur motivation profonde et j’ai le plaisir de constater  aujourd’hui que  nombre d’entre elles  ont  fait de brillantes carrières.

Tout au long de ma vie, je suis resté profondément attaché à ce pays  et à ses habitants  et me retrouver au milieu de vous , dans ce lycée dont l’aspect n’a pas beaucoup changé  m’émeut profondément. 

Toutes les rencontres, tous les échanges qui se sont déroulés depuis ce matin témoignent  de  cet attachement  que nous avons tous envers ce lycée et ce qu’il nous a apporté. »

 

Chacun de nous ayant été prié de raconter une anecdote, j’ai ensuite évoqué l’histoire du criquet que mes élèves d’une classe de première avaient un jour caché sous mes feuilles de cours en entrant dans la classe. Lorsque le criquet m’a sauté à la figure, surpris, je n’ai pu retenir un cri d’effroi.  Evidemment, cela déclencha les rires et les moqueries et lors de mon départ, l’une d’entre elles écrivit «  je n’oublierai jamais ce trouillard qui avait peur des criquets » . Comme beaucoup de mes anciennes élèves, elle a fait son chemin puisqu’il s’agit de Zehira  Yahi, l’actuelle chef de cabinet de la ministre de la culture. Ces toujours jeunes dames sont d’ailleurs allées raconter à mon épouse, tout au long de la journée, toutes les farces qu’elles faisaient alors. Plus de 40 ans après, quel merveilleux moment de confiance et  d’amitié.

Michel Berthier

Partager cet article

Repost0

commentaires

DJAHNINE 06/06/2013 19:18

On ne peut pas oublier Michel, jamais de la vie, il nous ressemble.

à bientôt de vous lire
*
j'ai été élève de Michel, dans les années 70, j'ai assé mon bac en 72
bien à vous.

zahia

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens