Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:26
Baba Sayed El Ouali, président du Centre Seguia El Hamra Oued Dheb d’études stratégiques et de recherche de la Rasd
 jeudi 04 avril 2013.

 

   

Baba Sayed El Ouali, professeur universitaire et président du Centre Seguia El Hamra Oued Dheb d’études stratégiques et de recherche de la Rasd, voit en le soutien français au royaume alaouite un danger pour l’ensemble de la région. La France, relève-t-il dans une conférence de presse tenue au siège du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, «tente également de faire avorter les tentatives tendant à instaurer un Maghreb de paix et de stabilité qui permette à l’ensemble des peuples de la région de vaincre collectivement toute idée qui s’oppose à leur développement». Pour le conférencier, les «dérapages» marocains sont «légion et gravissimes.» Il regrette le fait que les autorités marocaines «n’accordent d’intérêt ni à la justice et encore moins aux droits» et cette situation dangereuse «ne peut perdurer».
M. Baya Sayed interpelle, à cet effet, M. Hollande à revoir, d’une part, le «rôle négatif» joué jusque-là par son pays qu’il qualifie d’ «avocat ardent des thèses coloniales marocaines», et de l’autre, accélérer le rythme des négociations avec le Maroc. Outre Hollande, le professeur sahraoui sollicite l’ONU ainsi que son envoyé spécial, afin de «corriger les injustices flagrantes du royaume marocain». Sa rencontre mardi dernier avec M. Christopher Ross le laisse, tout de même, optimiste. «J’ai toutes ses garanties pour faire du dossier sahraoui, une priorité», se félicite M. Baba Sayed.  A une question de savoir si les Sahraouis peuvent reprendre les armes, l’orateur dira : «ce que nous faisons actuellement est une guerre, tant que le problème n’est pas réglé, c’est une guerre quotidienne que nous livrons à notre manière».
En conclusion, Baba Sayed se dit convaincu que la question du Sahara occidental «est instrumentalisée pour affirmer l’existence de la monarchie».
Quant à Nouria Hafsa, présidente de l’Union nationale des femmes algériennes, elle affirme que la «cause sahraouie est devenue internationale» et fait part de la tenue à Alger, du 19 au 21 avril, d’une conférence consacrée au «droit de la femme à la résistance». Une semaine après, soit le 27 avril, souligne Saïda Bounab, députée et présidente de l'intergroupe parlementaire algéro-sahraoui, Alger abritera un séminaire international sur le droit des peuples à l’autodétermination.                          
Fouad Irnatene

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens