Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 15:56

 

MALI-NORD-SUD.jpg"Après une phase initiale qui a débouché sur une cessation des hostilités en juillet dernier, le dialogue intermalien reprendra cet après-midi (01/09/2014, ndlr) à Alger. Ce nouveau round de négociations qui se déroulera en présence de toutes les parties en conflit est décisif. Il devra rapprocher les points de vue afin d’aller vers une solution globale et négociée à cette «guerre» qui n’a que trop duré.

Les parties concernées, en l’occurrence  les représentants du gouvernement du Mali, le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements  et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (dissident), tenteront d’atteindre cet objectif. […]

La médiation algérienne a déjà porté ses premiers fruits avec la signature d’une feuille de route et une «déclaration de cessation des hostilités» entre le gouvernement malien et les groupes politico-militaires. Il ne s’agit pas d’un simple document. Ce premier accord s’est même traduit sur le terrain avec l’arrêt effectif des hostilités et un échange de prisonniers.[…]

La première phase du dialogue intermalien a été menée, selon le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, «dans le bon sens et a trouvé un écho plus que favorable». «Nous nous sommes réunis aujourd’hui pour évaluer ces réalisations et sommes parvenus à la conclusion que ce processus a été mené dans le bon sens et ses résultats ont trouvé un écho plus que favorable tant au Mali que sur  la scène internationale», déclare-t-il, à l’issue d’une séance de travail avec  les représentants de l’ONU, de l’UA et de la Cédéao,  tenue hier à Alger.[…]

«Nous sommes là pour la seconde phase des pourparlers intermaliens dans l’espoir d’arriver à un accord global et définitif. Nous sommes confiants que nous tenons le bon bout», estime le ministre malien des Affaires étrangères, de l’Intégration et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop à l’issue de ses entretiens avec Ramtane Lamamra.

Madjid Makedhi El Watan, 01/09/2014

 

Le statut de l’Azawad risque de bloquer les négociations.

 

Le deuxième round du dialogue intermalien s’est ouvert, hier après-midi à Alger. La cérémonie d’ouverture de ces négociations, qui a eu lieu en présence de tous les belligérants, a été marquée, particulièrement, par l’espoir de trouver «une solution idoine et durable à la crise malienne». «C’est un rendez-vous avec l’histoire », a lancé d’emblée, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, en appelant les parties antagonistes à faire preuve «de volonté et d’audace pour parvenir à une solution définitive à ce vieux conflit».[…]

Les responsables du groupe de la médiation ont aussi exhorté le gouvernement malien et les représentants des mouvements de l’Azawad à œuvrer pour la réussite du Processus d’Alger.  «La tâche ne sera pas facile ; elle sera dure et longue (…) nous souhaitons que les négociations d’Alger puissent aboutir à la signature, dans quelques semaines, d’un accord de paix», affirme pour sa part Jibril Bassole, ministre burkinabé des Affaires étrangères.

Selon lui, «il n’y a aucune divergence d’approche avec l’Algérie». «Nous soutenons le Processus d’Alger et nous demandons à la communauté internationale de l’endosser». Et d’appeler les mouvements de l’Azawad à mettre un terme «aux querelles intestines» qui ne devraient pas, selon lui, «être un obstacle pour la paix». Les mêmes souhaits ont été également exprimés par les représentants de l’UA, de l’ONU, de la Cédéao et de l’OCI.[…]Ces négociations s’annoncent toutefois très difficiles. Le rapprochement des points de vue est une tâche laborieuse, d’autant plus que les différentes parties se montrent intransigeantes sur leurs revendications. C’est surtout la demande d’autonomie de la région de l’Azawad qui risque de faire traîner en longueur ces négociations qualifiées de «cruciales».

Ce statut revendiqué par les mouvements rebelles est refusé par Bamako qui le conçoit comme un premier pas vers l’indépendance de cette région. A cet effet, le chef de la délégation malienne et ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, insiste sur «une nouvelle gouvernance» et «un redéploiement des forces de sécurité maliennes dans tous les territoires du pays dans le cadre du futur accord». «Je ne doute pas une seconde de la possibilité d’arriver à un consensus réaliste et réalisable», lance-t-il, en s’engageant à appliquer «les termes de cet accord dans les meilleurs délais».

Tout en respectant l’intégrité territoriale du Mali et l’Etat laïque, les mouvements rebelles estiment que «le statut d’autonomie ne remet pas en cause ce principe». «Il faut construire le grand Mali. Ayons le courage de faire la paix des braves et de nous dire la vérité en face», déclare pour sa part, Ibrahim Ag Mohamed Salah, porte-parole de la Confédération des peuples de l’Azawad (CPA).

Ainsi la tâche de l’Algérie, qui présidera à partir d’aujourd’hui les travaux des quatre groupes de travail qui traiteront durant les prochaines semaines des différentes questions relatives à cette crise, s’annonce compliquée. Ces négociations scelleront-elles la paix au Mali ? Réponse à partir du 7 octobre, date prévue pour l’organisation de la prochaine séance plénière.

Madjid Makedhi, El Watan , 02/09/2014

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens