Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 09:01

KADHAFI 4  J'ai dit par ailleurs, mon absence de sympathie pour le personnage. La personnalité et le parcours de Maammar El Guedaffi sont cependant infiniment plus complexes que l'image  que nous en donnent les médias occidentaux qui privilégient ses provocations.

  Le "Guide de la Révolution" est en réalité la résultante d'une culture, d'une situation historique et de ses propres traits de caractère.  Il naît le 19 juin 1942,   à 700 km de la côte dans la plaine désertique de Syrte, sous une tente dans une famille modeste de chameliers  de la tribu arabo-berbère des Kadhafa. La Libye est alors  colonie italienne depuis 1911, entièrement annexée depuis 1929. Kadhafi se réfèrera en permanence à ses origines bédouines et il attachera de l'importance aux alliances tribales (il y a quelque 150 tribus en Libye) Par contre, contrairement à ses dires il n'est pas illettré. Grâce à un oncle, il a au contraire suivi des études à l'Université où  il a étudié le droit et l'histoire. Son mémoire sera consacré au grand historien maghrébin du XIVe siècle Ibn Khaldoun. Passionné très jeune par la politique il dévorait Charles Fourrier, Proudhon, Jean Jacques Rousseau, Karl Marx "qu'il assimile au diable à cause de son manque de religion" . Désargenté, il entre à l'Académie militaire de Benghazi. Admirateur des idées révolutionnaires et de la politique nationaliste arabe de Nasser, il crée parmi ses condisciples une organisation secrète à l'image des Douze Officiers Libres de Nasser, afin de renverser la monarchie  libyenne soumise aux anciennes puissances coloniales,  l'Italie, La Grande Bretagne et la France. En effet, le roi Idriss 1er a été porté au pouvoir en 1951, par les ex-colonisateurs à la suite de la reconnaissance de l'indépendance de la Libye par l'ONU, le 21 novembre 1949. C'est le drapeau de la monarchie que les "rebelles" brandissent aujourd'hui en Libye...

  Les 12 conjurés du Conseil de Commandement de la Révolution, profitant de l'absence du roi, s'emparent  du pouvoir déliquescent  qui tombe sans combattre le 31 aoùt 1969.

 Selon les historiens, quatre  périodes peuvent être distinguées.

 1969-1970: Consolidation de la révolution. Les bases militaires britanniques et américaines sont fermées. La France pour sa part avait quitté le Fezzan depuis 1955. Le nouveau pouvoir procède à une réislamisation partielle du droit positif.

  1970-1977: Les structures de l'Etat ancien sont abolies. Dans un discours à Zwera, le 15 avril 1973, Kadhafi appelle "les masses"  à se dresser contre les "élites" formées sous l'ancien régime.  Des Comités populaires sont créés sensés permettre l'exercice de la "démocratie directe" sans partis politiques et qui constituent les structures de base des nouvelles "institutions", puis des Comités révolutionnaires sont chargés de dynamiser les Comités Populaires. Le parlement est remplacé par le Congrès Général du Peuple émanation des Comités Populaires. En 1973 également, les sociétés pétrolières sont nationalisées et un programme d'industrialisation est engagé. En 1977, est proclamée la GRANDE JAMAHIRYIA ARABE LIBYENNE POPULAIRE ET SOCIALISTE., "La République des Masses". Cette expérience "autogestionnaire" originale n'a pas d'équivalent dans d'autres pays. Elle ouvre un champ important aux alliances tribales.

  1977-1987: Confirmation du pouvoir des" masses". Dans le cadre d'une redistribution interne sont  notamment créées des épiceries de quartiers. Dans les années 1970, le niveau de vie progresse rapidement., mais " l'enrichissement personnel" est interdit. Le PNB par habitant est le plus élevé d'Afrique. L'éducation est gratuite jusqu'au niveau secondaire. Les Universités et les Instituts de formation professionnelle se multiplient.  82% de la population sait aujourd'hui lire et écrire. Dans le même temps,  Kadhafi proclame que la Charia n'est pas à prendre au pied de la lettre  et il souligne les contradictions entre les hadiths et le Coran. Selon Jean Ziegler, il est considéré dans le monde arabe, comme un progressiste en ce qui concerne le statut des femmes. Il est opposé à la polygamie, aux mariages forcés, à l'excision, au port du voile... Il formalise l'ensemble de ses théories dans les 3 tomes du Livre vert  qui paraîtront successivement en 1975, 1977 et 1981. Il tente d'exporter sa "révolution" en apportant  une aide aux groupes qu'il considère comme luttant pour la libération de leur pays, en Afrique et hors d'Afrique (Armée Républicaine Irlandaise, Fraction Armée Rouge..) Il rompt avec Arafat en 1978 et soutient des organisations palestiniennes dissidentes. Il aurait entre autres apporté un soutien à Abou Nidal pour l'attentat de Rome en 1985. Le 15 avril 1986, les USA bombardent Tripoli et Benghazi.

KADHAFI 2  Il sera considéré comme ayant une responsabilité  dans les attentats de Lockerbie contre un Boing 747,  qui fit 270 morts  le 21 décembre 1988 et contre un avion de l'UTA qui effectuait la ligne Brazzaville-Paris en septembre 1988 et qui fit 170 morts.

  Le Conseil de Sécurité de l'ONU décrète en 1992 l'embargo sur la Libye considérée comme un Etat terroriste (Résolution 748). Cet embargo sera suspendu   en 1999 et toutes les sanctions contre la Libye seront levées en 2003. En 2004, Kadhafi signe le Traité de Non-prolifération nucléaire et en 2005, c'est le retour des Cies pétrolières américaines.

  En 2006, des infirmières bulgares et un médecin palestinien de l'hôpital de Benghazi sont condamnés à mort sous l'accusation d'avoir inoculé le sida à des enfants libyens. Ce qui s'avèrera faux et les condamnés seront libérés en  juillet 2007,  bien que la peine ait été confirmée en appel par l'actuel président de la CNT, Mustapha Abdeljalil, alors président de la cour d'appel et qui deviendra ministre de la Justice de Kadhafi.

  Depuis 1987, en réponse aux effets sociaux et politiques de l'effondrement des cours du pétrole, sensibles dès 1984, Kadhafi s'oriente vers un désengagement de l'Etat. Les magasins d'Etat sont progressivement remplacés par des magasins privés. Il prône une forme de privatisation des petites et moyennes industries au bénéfice de leurs employés.  Un statut proche de celui des coopératives est étendu à une partie de l'ancien service public.

  En 2007, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) déclare la Libye, pays le plus développé d'Afrique.   Parmi les plus importantes réalisations, signalons La Grande Rivière Artificielle qui doit irriguer la Libye à partir de l'eau des nappes  profonde et dont deux des trois tranches sont réalisées. Mais le "révolutionnaire" est devenu un bon élève du FMI. Le 18 novembre 2008, Dominique Strauss Kahn déclarait : "Les entretiens que nous avons eus [avec Kadhafi, ndlr) ont témoigné de notre unité de vues sur les réalisations de la Libye et sur les principaux défis auxquels elle est confrontée. Les réformes ambitieuses de ces dernières années ont produit une croissance forte qui commence à se diversifier  ainsi que la stabilité des équilibres macroéconomiques.[...] Le Programme de distribution de la richesse comporte à la fois une bonne occasion et certains  risques. S'il est structuré et mis sur pied convenablement, ce programme pourrait promouvoir le secteur privé (souligné par nous, ndlr) tout en minimisant les risques posés pour l'offre de services publics essentiels."

  Un des rêves du "Guide de la Révolution" était d'unifier le Maghreb et d'autre part l'Afrique. Ses diverses tentatives avec l'Algérie, l'Egypte, la Syrie, la Tunisie, etc et  avec les pays d'Afrique, toutes échoueront et ses relations avec ses voisins africains furent souvent conflictuelles, y compris militairement. Ce qui explique sans doute, pour une part, le peu de soutiens internationaux  qu'il obtiendra lors de la présente agression de l'OTAN.

   En résumé, l'ère kadhafienne s'inscrit avec ses ombres et ses lumières - ses crimes aussi malheureusement - dans le processus de décolonisation et de recherche d'une voie de développement non-capitaliste, qui a marqué le XXe siècle. 

 

A lire/

- François Burgat et André Laronde, La Libye, Que sais-je? Aoùt 2000

- Moncef Ouannes, Militaires,Elites et Modernisation dans la Libye contemporaine, L'Harmattan, mars 2011

                                    Cet ouvrage très complet est l'oeuvre de Moncef Ouannes, Professeur à l'Université de Tunis.

- Moammar El Kadhafi, Le livre vert, Al Bouraq, décembre 2007 (en librairie en France)

- Christiane Souriau, L'économie des femmes, L'Harmattan, 1984.

- Guides Olizane, Libye, Editions Olizane, Genève,

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel J. Cuny 29/07/2014 11:25

Bonjour,

Il semble bien que la diabolisation de Muammar Gaddhafi soit une pièce essentielle dans la stratégie visant à masquer, aux yeux du peuple français, certains points d'impact des rapports de force
déployés par l'impérialisme occidental depuis la seconde moitié du vingtième siècle jusqu'au temps présent.
Peut-être gagnerions-nous à y prêter attention.
Je vous recommande : www.francoisepetitdemange.sitew.fr
Cordialement,

Michel J. Cuny

nicole jean 26/08/2011 16:46


Bernard,

je suis d'accord avec votre article.
Pour être allée 15 jours en Libye il y a 3 ans, je peux ajouter que, en ce qui concerne les femmes, elles conservent le logement en cas de divorce ( le guide avait insisté là-dessus en disant que
le mariage était un risque!)
Beaucoup de femmes sont à l'université, par contre sauf à Tripoli, toutes sont voilées et en plein centre de Tripoli nous avons assisté à des violences à l'encontre d'une femme dévoilée sans
toutefois connâitre le motif de l'agression.
Les Berbères étaient très opposés à Kaddafi d'abord à cause de la non reconnaissance de leur langue et de leur culture mais aussi parce que en pompant dans la nappe phréatique pour irriguer les
immenses propriétés agricoles (cultivées par des Africains), il a asséché les oasis les plus au nord, celle des Garamantes, entre autres, où les palmiers avaient aussi fière allure que ....ceux qui
sont ici décimés par le papillon d'Argentine.
Les Berbères nous disaient dans la voiture ( chauffeurs et guide )que Kaddafi n'avait rien fait en 40 ans, seulement un réseau de routes électrifiées dans le désert!
On a eu l'impression que dans l'extrême sud les gens cherchaient du travail sans toujours en trouver.

Dans tout l'intérieur du pays, je n'ai pas pu remarquer, comme cela avait été le cas en Syrie, de structures importantes de soins.
On a aussi été frappés par le fait que les maisons avaient toutes leurs volets clos et qu'il n'y avait aucun enfant dans les rues.
Nous avons constaté la corruption (un flic a enlevé tous les papiers au chauffeur qui avait pourtant l'autorisation de nous transporter), le piston, un poids de la religion étouffant dans le nord (
ou il y a une mosquée, ou elle est en construction, ou elle va l'être) et l'exploitation des immigrés étrangers. (Ils vendent leur force de travail à Tripoli en plein centre et font les travaux les
plus pénibles)

Tout le pays était sale, le bord de la mer et des routes encombré de bouteilles de plastic car dans les villes on boit de l'eau en bouteille. Les hôtels d'Etat étaient sales: serviettes sales,
cacahuetes et autres sous les lits. Par contre deux hôtels privés étaient très bien.

En revenant, on avait l'impression d'un pays sans Etat, à l'abandon, mais où Kadafi était omniprésent e serait-ce qu'en photo ou à cause des affiches reprenant des phrases du 'Petit Livre Vert". Le
guide nous a dit qu'aucun opposant ne pouvait rester vivant, sauf à Londres.

Voilà nos impressions de voyage!

Amicalement.
NJ


Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens