Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 09:49

Tout observateur impartial de la société algérienne est frappé du contraste entre le foisonnement des actions revendicatives et la faiblesse du nombre de manifestants du samedi à l'appel de la Coordination Nationale qui vient, à nouveau, d'enregistrer de nouvelles défections.

Le début de l'année 2010 avait été marqué par des grèves et d'importantes manifestations pour l'augmentation des salaires et pour l'emploi : chez Arcelor-Mittal à Annaba (7500 salariés); à la Société Nationale des Véhicules Industriels à Rouiba (5000 salariés); chez Africaner à Jihel; les enseignants et les travailleurs de l'Education Nationale, 15 jours en février 2010; les lycéens; les communaux, etc.

Ces derniers jours de février 2011 ont vu le développement d'un puissant mouvement chez les étudiants des facultés et des grandes écoles et ce mouvement continue de prendre de l'ampleur. Le 2 mars, à l'appel de la Coordination Nationale Autonome des Professeurs de l' Enseignement Secondaire et Technique (CNAPEST) les enseignants ont fait une grève d'une journée suivie à 85%. Seuls 12 lycées n'y ont pas participé. Les travailleurs de la SONATRACH d'Hassi R'Mel (1400 salariés) ont fait une grève de la faim à midi. Des actions ont également eu lieu chez les douaniers de l'aéroport d'Alger; dans les transports publics à Tiaret; à la  SNVI à Rouiba. 300 habitants de Bouira ont manifesté pour leur cadre de vie ...Une grève est annoncée pour le 6 mars dans les transports ferroviaires...etc.

Une vie syndicale, surtout "autonome" (à l'initiative de syndicats non reconnus officiellement mais très actifs) et une vie associative foisonnante existent en Algérie, dont les médias français ne parlent pas ou très peu.

Lors de notre voyage, en octobre dernier, nous avions rencontré un certain nombre de militants syndicaux "autonomes" et nous avions senti chez eux - ce qui nous avait paru nouveau - une volonté de dépasser le cadre des seules revendications catégorielles, si importantes soient-elles,  pour aller vers des mouvements coordonnés. De son côté la presse algérienne note que dans les années 70/80 les revendications manquaient de précision mais que, depuis, la classe ouvrière a gagné en expérience: "ses revendications sont claires, concrètes, écrites"  (El Watan) et elle obtient des succès comme le reconnaissent certains journaux d'opposition.

Ainsi, contrairement à ce que j'ai pu lire ces jours-ci, le Peuple algérien n'est pas passif. Il agit, il lutte. Il a témoigné à maintes reprises de son courage  au cours de l'histoire, sous la colonisation jusqu'à l'héroïsme et depuis l'Indépendance. C'est un Peuple instruit et qui réfléchit et lorsqu'il se détourne de certaines initiatives, ce n'est pas par peur, mais parce qu'il n'en approuve pas les objectifs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens