Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 12:40

PALAIS GOUVERNEMENT ALGERTrente six ministres dont treize nouveaux, mais certains journaux notent la présence de seulement trois femmes, alors que grâce à la nouvelle loi électorale elles représentent 30% de l’Assemblée Nationale Populaire. Tous les journaux algériens mettent l’accent sur la dimension "technocratique" du nouveau gouvernement qui comprend un nombre important de ministres « techniciens » membres d’aucun parti. C’est le cas notamment du Premier Ministre Abdelmalek Sellal.

LE PARCOURS DE M. SELLAL.

 « M. Abdelmalek Sellal, sans appartenance partisane, nommé Premier ministre par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, en remplacement de M. Ahmed Ouyahia, a occupé plusieurs postes de responsabilité dont plusieurs portefeuilles ministériels. Né le 1er août 1948 à Constantine, M. Sellal occupait avant sa nomination à la tête de l’exécutif, le poste de Ministre des Ressources en eau et assurait l’intérim du ministère des transports. Diplômé de l’Ecole Nationale d’Administration algérienne (ENA), il avait assuré successivement les fonctions de Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, de la Jeunesse et des Sports, des Travaux publics ainsi que des Transports. Ayant exercé également dans le domaine de la diplomatie, en tant qu’ambassadeur d’Algérie en Hongrie, M. Sellal avait été wali de Boumerdès, d’Adrar, de Sidi Bel-Abbès, d’Oran et de Laghouat. Au sein de la fonction publique, le nouveau Premier ministre avait été administrateur-conseiller technique, chef de cabinet à la wilaya de Guerma ; conseiller technique au ministère de l’Education nationale ; chef de daïra à Tamanrasset, Arzew ; wali hors-cadre auprès du Ministre de l’Intérieur et chef de cabinet auprès du Ministre des Affaires Etrangères. Il avait également été, à deux reprises, directeur de campagne électorale du candidat M. Abdelaziz Bouteflika, pour les présidentielles de 2004 et 2009. » (Algérie360, 05/09/2012)

Bien que n’étant pas originaire de l’Ouest, c’est un très proche du Président. Ne dit-on pas que durant la traversée du désert de ce dernier, alors que beaucoup lui tournaient le dos, M. Sellal le recevait à Adrar dont il était le wali.

L’ancien Ministre des Ressources en eau avait donné récemment une conférence de presse au cours de laquelle il avait annoncé, le programme de développement du système d’irrigation des terres agricoles, en vue de couvrir 1,2 millions ha en 2015 (170 000 ha étaient irrigués avant l’indépendance, 983 000 aujourd’hui ). Ce programme s’inscrit dans le cadre des engagements pris en 2009 par le candidat Bouteflika d’accroître la production agricole afin de réduire la dépendance alimentaire à l’égard des importations. En effet, « L’Algérie peut opérer une reconquête agricole » affirmait récemment M. Pierre Blanc, enseignant-chercheur au Centre International de hautes études agronomiques méditerranéennes (Montpellier) et rédacteur en chef de Confluences méditerranée

QUELLES SENSIBILITES POLITIQUES SONT REPRESENTEES DANS CE GOUVERNEMENT ?

La surprise, notée par tous, est le départ  des « trois poids lourds Ahmed Ouyahia (RND, ndlr), Abdelaziz Belkhadem (FLN, ndlr) et Yazid Zerhouni  (FLN, ndlr) » qui n’y siègent plus. L’expression-dz indique qu’ils ont été « débarqués » (05/09/2012), mais émet l’hypothèse suivante : « La guéguerre pour la présidentielle a déjà commencé il y a plus d’une année entre le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem et le désormais ex-premier ministre, Ahmed Ouyahia. Pour ne favoriser ni un parti, ni une personnalité par rapport à l’autre, il fallait opter globalement pour une équipe non partisane. »

 La Tribune note cependant que « La nouvelle majorité sur laquelle pourra compter le nouveau gouvernement sera composée essentiellement du FLN et du RND auxquels s’adjoindront quelques indépendants  et des partis nouvellement formés […] à l’instar de Amara Beyounès du MPA (soutien du Président) et de Mohamed Saïd Belaid du PLJ (démocrate) […] Amar Ghoul du TAJ (transfuge du MSP islamiste, ndlr) est de retour au gouvernement. Cette ouverture vers de nouvelles formations politiques élargit de manière importante la base du gouvernement.»(La Tribune,05/09/2012).  D’autant que : « …si les ministres MSP (Frères musulmans), sur demande du président de ce parti, Bouguerra Soltani, ne seront pas reconduits,  Amar Ghoul  effectue son comeback. » (La presse-dz, 05/09/2012) , et « le ministre du commerce, M. Mustapha Benbada (MSP, ndlr) conserve lui aussi son poste, même s’il n’est pas habilité à s’exprimer au nom du MSP. » (Jeune Afrique, 05/09/2012).

Il sera également intéressant de suivre les suites de l’entrée au gouvernement de M. Belkhacem Sahli, le Secrétaire général  de l’ANR, le parti fondé par M. Redha Malek qui fut un des négociateurs d’Evian et ancien Premier ministre. Un homme respectable qui nous avait fait l’honneur de nous recevoir longuement en 2006,  lors du voyage de France –El  Djazaïr.

POUR QUELLE POLITIQUE ?

Le maintien à leur poste de MM. Mourad Medelci (Affaires étrangères), Abdelkader Messahel (« M. Afrique »), Dahou Ould Kablia (Intérieur), Youcef Yousfi (Energie), Karim Djoudi (Finances), Mme Khalida Toumi (Culture), semble indiquer une volonté de poursuivre les orientations actuelles, notamment dans les domaines de la politique étrangère (Syrie, Mali, Sahel) et de la reconquête d’une économie algérienne (patriotisme économique). Cependant certains s’interrogent sur les amendements qui seront apportés par le Parlement cet automne à la loi N°05-07 du 28 avril 2005 sur les hydrocarbures et sur les « incitations fiscales (inconnues à ce jour, ndlr) dans le cadre des projets d’hydrocarbures qui seront développés par Sonatrach avec ses partenaires étrangers. » (El Moudjahid, 05/09/2012)

Plusieurs journaux ne sont pas tendres avec l’ancien Ministre de l’Education Nationale, « …Abou Bakr Benbouzid, qui a fait tant de mal au secteur de l’éducation. » (Presse-dz, 05/09/2012) remplacé par Abdellatif Baba Ahmed, le Recteur de l’Université de Blida.

Enfin, « S’agissant des partants, on nous apprend que le Ministre de la Communication, Nacer Mehal, a lui aussi été éjecté. » (Presse-dz, 05/09/2012). Faut-il interpréter ce départ comme une volonté d’accélérer la privatisation des médias publics que de grands groupes industriels et financiers réclament avec insistance ou au contraire comme un cou09/2012)p de frein à celle-ci.

Rappelons que c'est ce gouvernement qui sera l'intermédiaire entre le Président de la République et le Parlement pour l'élaboration et l'adoption cet automne de la nouvelle Constitution de l'Algérie et que les éléctions locales auront lieu le 29 novembre.

« L’ALGERIE, UN PAYS STABLE AVEC UNE SOLIDE POLITIQUE INTERNATIONALE. »

Telle est l’opinion émise le 29 août par Mme Laura Baeza Giralt, ambassadeur, chef de la délégation de la Commission européenne, avant son départ d’Alger où elle a été en poste pendant 4 ans. Bien évidemment ce n’est pas l’opinion des partis et des journaux d’opposition.

L’OPINION DES AUTRES PARTIS POLITIQUES  ALGERIENS

-Front des Forces Socialistes (FFS, Aït Ahmed) :« la réussite du nouveau gouvernement est conditionnée par la construction d’un consensus économique et social […] qui doit précéder un consensus politique […] fruit de négociations transparentes et publiques […] la situation pour le moment, n’incite pas à l’optimisme. »

-Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD)/ PADS (communiste orthodoxe)/ Parti pour la Laïcité et la Démocratie (ex-communiste).                  Aucun commentaire de ces trois formations politiques à la date du 06/09/2012            

-Parti des Travailleurs (PT, trotskiste) : «   …la première responsable du PT (Louisa Hanoune, ndlr) se refuse à faire un commentaire sur le changement à la tête du Premier ministère, qualifié à juste titre d’un « évènement politique majeur. » (L'expression-Le quotidien, 05/09/2012)

-Front National Algérie (FNA, islamiste) : «…ne trouve pas de raisons pour soutenir ou s’opposer à la désignation de l’ex-ministre des Ressources en eau, comme premier responsable du gouvernement… »  (L’expression, 05/09/2012)

-El Islah (islamiste) :« Cette désignation de Sellal n’est qu’un décor pour faire croire aux pays occidentaux qu’il y a un changement. En vérité c’est un changement de façade, comme on en a déjà connu. » (L’expression, 05/09/2012)

Bernard DESCHAMPS

En tête la photo du siège du gouvernement à Alger avec le balcon d'où de Gaulle en 1958 prononça la phrase célèbre devant le partisans de "l'Algérie française": "Je vous ai compris !"

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

arbaoui 08/09/2012 09:24

Mon espoir réside dans une orientation économique moins pétrolière , donc sérieusement génératrice de ressources et d'emplois ,réduisant au plus vite le bazar actuel et surtout informel..Mon espoir
réside tout autant dans une meilleure éducation à tous les échelons , donc dans des gestions plus saines , plus responsables..On jugera l'arbre à ses fruits : mon degré de confiance en dépend !

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens