Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 21:13

  PHOTO ALGERIELA VISITE D’ ETAT DE FRANCOIS HOLLANDE EN ALGERIE.

L’accueil réservé par les Algériens au Président de la République française a été chaleureux, sans atteindre toutefois l’enthousiasme suscité par le voyage de Jacques Chirac en 2003. Il faut les comprendre : ils ont été si souvent déçus par les dirigeants français depuis l’indépendance. Le discours devant les parlementaires a également été bien reçu. Il constitue en effet une nouvelle avancée après la reconnaissance de

la terrible répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 à Paris et l’évocation de Maurice Audin disparu après avoir été arrêté par les paras de Massu. Les appréciations en Algérie sont cependant mesurées, quelques-unes – rares il est vrai - franchement négatives. Bien qu’il n’ait pas expressément reconnu la responsabilité historique de l’Etat, aucun Président de la République française n’était allé aussi loin, en dénonçant «  les souffrances que le système colonial français a infligées au peuple algérien […] Parmi ces souffrances, les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata. » et en affirmant: « Il y a cinquante ans l’Algérie accédait à l’indépendance, elle s’arrachait à la France après une guerre longue de huit ans.[…] Elle conquérait ce droit, ce droit inaliénable, le droit de pouvoir disposer pour un peuple  de lui-même. » 

Le peuple algérien si profondément et durablement meurtri par les souffrances endurées, la perte d’êtres chers et le pillage au cours des 132 années d’occupation coloniale, dont il n’a pu « s’arracher » qu’au prix de sacrifices inouïs, attendait beaucoup de cette visite. N’oublions jamais que l’Algérie qui comptait alors quelque 10 millions d’habitants a perdu, en huit années d’une guerre atroce,  plusieurs centaines de milliers de ses enfants. Certains disent 1 million. Peu de peuples au monde ont consenti un tel sacrifice pour obtenir leur indépendance, « ce droit inaliénable » dit François Hollande.

Quand le Président de la République française affirme : « L’Algérie est un pays courageux, il l’a prouvé après la terrible épreuve terroriste qu’il a traversée avec dignité et unité. », et en déclarant: « L’Algérie est un pays respecté sur la scène internationale, qui compte et qui pèse […] un pays dynamique », il contribue à modifier le regard parfois négatif de nos concitoyens, il contribue par là même à l’amitié entre nos deux peuples. Cela n’a pas pour autant gommé les divergences sur plusieurs dossiers importants. Sur la Syrie, notamment. Mais également à propos du Mali. La formule diplomatique qui reconnait à l’Algérie la volonté de privilégier le dialogue et la recherche d’une issue pacifique et à la France sa « détermination » à soutenir, voire à participer, à une intervention armée, recouvre des approches  divergentes, bien que l’Algérie ait dit se « reconnaître » dans la résolution d’inspiration française votée par le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Au-delà des paroles qui ont leur importance, il faudra juger aux actes. Et en premier lieu en ce qui concerne les visas pour lesquels François Hollande s’est engagé à ce que les Consulats français soient moins tatillons et plus ouverts.

Nous nous réjouissons que dans le domaine économique, plusieurs contrats aient été signés.

Le Conseil d’administration de France-El Djazaïr, 23 janvier 2013.

Pour :15, Contre :0, Abst. :0

 

 

MALI-1L’INTERVENTION MILITAIRE DE LA FRANCE AU MALI.

Après l’intervention militaire en Libye qui a déstabilisé la région, la France vient d’engager ses forces armées au Mali. L’Algérie était pourtant parvenue à convaincre le MNLA et Ançar Dine, deux groupes touaregs de la rébellion, de déposer les armes et d’engager des négociations avec Bamako. Les tergiversations du Président par intérim du Mali, soutenu par la CEDEAO présidée par Alassane Ouatara, ont fait échouer  celles-ci.

Cette intervention de la France s’apparente à une expédition de type néocolonial pour maintenir sous son influence un pays qui recèle des réserves importantes d’or, de pétrole, de phosphate, de bauxite et d’uranium.

Une intervention armée ne résoudra pas les problèmes engendrés par le sous-développement du Mali et des pays du Sahel, ni les revendications des Touaregs ; elle ne peut que déstabiliser davantage la région, alimenter les rancœurs contre l’Occident et favoriser le développement du terrorisme. En raison des 1 400 km de frontière commune avec le Mali, en plein désert, donc difficile à sécuriser, l’Algérie qui a déjà terriblement souffert du terrorisme est directement menacée par les conséquences de cette intervention armée.

France-El Djazaïr condamne le terrorisme, assure de sa solidarité celles et ceux qui, au Mali et dans la région oeuvrent en faveur d’une issue pacifique et s’incline avec douleur devant la mémoire des victimes innocentes de l’horrible prise d’otage du site gazier algérien, d’In Amenas.

Le Conseil d’administration de France-El Djazaïr, 23 janvier 2013.

Pour :7, Contre :5, Abst:3

Partager cet article

Repost0

commentaires

djebaili 26/01/2013 14:34

En relisant mon texte je m'aperçois, (mais trop tard il était déjà envoyé) qu'il comporte des fautes d'orthographe inadmissibles. Je tiens à m'en excuser.
Je regrette aussi de n'avoir pas rappelé les 9 diplomates algériens enlevés à Gao, courant 2012 et toujours aux mains des terroristes

djebaili 26/01/2013 12:36

Non je ne peut pas laisser taxer l'intervention française de "coloniale"!
Elle s'exerce à la demande du Mali et est acceptée par l'Algérie qui permet le survol de son territoire par l'aviation de la France (l'ancienne puissance coloniale)!N'est ce pas là une alliance
"inédite" dont nous devrions nous réjouïr, nous qui luttons au sein de notre Association, pour un rapprochement et une amitié franco-algérienne profonde et sincère ?
Penser que c'est pour ses richesses que la France intervient est une spéculation et un procès d'intention!Si quelqu'un veut s'emparer des richesses de l'autre c'est bien les djihadistes qui ont
déjà occupé la moitié du pays et qui se seraient emparé de l'autre sans l'intervention "demandée par le Mali". Hollande a affirmé que "la France n'avait pas vocation à rester au Mali",attendons
avant de juger!
La fragilité de cette région est dûe, bien sûr au sous- développement mais ce n'est pas en permettant à des terroristes sans scrupules de s'emparer des richesses et des infrastructures d'un pays
tout entier que l'on améliorera la situation de ces pays.
Voire!Quelle serait alors la situation de l'Algérie, ayant une frontière de 1400kms,(comme vous le faites remarquer), avec un bastion terroriste international à ses portes? Nous en avons un aperçu
avec l'attaque d'In-Aménas préparé par un seul groupe de 32 djihadistes, lourdement armé, qui a pu longer, pendant 2mois,(soit bien avant l'intervention française) les frontières
algéro-malienne,algéro-nigérienne, avant de pénétrer par la Lybie(révélations du Premier Ministre Algérien)dans l'intention de faire exploser site gazier et de faire le plus de victimes possibles
parmi les otages chrétiens!
Bilan effroyable : 37 étrangers froidement abattus,1 Algérien tué et 12 personnes dont on ignore encore le sort!
(Rappelons nous aussi des attaques très récentes contre les gendarmeries de Tamanrasset et de Ouargla ni l'enlèvement d'un wali dans l'est du pays)!
790 personnes prises en otages par un petit groupe de 32 terroristes!Que serait- ce s'il s'était agit d'un bataillon?
Merci de révéler les résultats du vote de ce texte:
15 participants.
7 voix pour
5 voix contre,
3 abstentions.
C 'est une majorité, somme toute,très relative
car 8 personnes sur 15 n'étaient pas pour le texte!

La diversité des opinions enrichant le débat,j'y vois là la preuve d'une véritable vitalité démocratique au sein de France-al Djazaïr
J'en remercie le CA.

Odile Djébaïli

arbaoui 25/01/2013 10:37

L'intervention militaire demandée par le Mali aide à réduire l'avancée des extrêmistes...mais aussi à renforcer le camp des Malien(ne)s déjà en dialogue constructif , même en secret...L'occupation
armée d'une partie (extensive) d'un territoire est un danger national , régional , etc..

DESCHAMPS Bernard 24/01/2013 12:46

Vous trouverez mon opinion sur l'ensemble de ces évènements sur ce blog. Le communiqué ci-dessus par contre exprime l'opinion de France-El Djazaïr. Cordialement.

olivier bronès 24/01/2013 11:08

que de prudence que ça soit l'article sur la visite de François Hollande ou sur le Mali, il est étonnant de ne rien lire sur les graves évènements de la prises d'otages sur le site gaz et de son
issue bonne continuation
cordialement
Olivier Bronès

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens