Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 09:28

  

J’écris de la Grande Chapelle du Palais des Papes en Avignon, et je suis submergé par l’émotion. Dès l’entrée, c’est le choc avec un gisant peint sur papier journal en 1962 en Algérie, annonciateur  de la série  des Pietà exposées sous la voûte en ogives de ce lieu emblématique de la chrétienté. C’est l’artiste lui-même qui a donné le nom de Pietà aficaine à la sérigraphie datée de 2002 en Afrique du Sud et représentant une femme portant dans ses bras un homme noir malade du sida. Car Ernest Pignon Ernest qui se définit en tant qu’athée, peint la misère humaine en référence à Jésus crucifié.

   Communiste de cœur – il fut un temps adhérent du PCF – Ernest Pignon-Ernest ressent au plus profond de lui la souffrance des femmes et des hommes de son temps, victimes de l’injustice, du mépris, de l’oppression.  Il dénonce la répression de la Commune de Paris en 1871, la guerre d’Algérie, l’apartheid en Afrique du Sud, la situation des immigrants en Europe, les taudis, l’homophobie, la misère ouvrière, la violence faite aux femmes Il dessine et peint la flagellation, la cruauté de l’avortement, la torture, la mort et ses morts s’appellent Marie-Madeleine, Sainte Agathe, Maurice Audin, Pier Paolo Pasolini, Jean Genet, Robert Desnos...

    Maurice Audin, le jeune mathématicien communiste, enlévé par les parachutistes de Massu en 1957 et dont le corps n’a jamais été retrouvé, dessiné à la pierre noire sur papier, placardé grandeur nature  dans les rues d’Alger et à l’entrée du tunnel des Facultés à quelques pas de la mosaïque à sa mémoire que les manifestants du hirak honorent chaque vendredi.

   Le corps supplicié de Jean Genet collé au mur (2006) ; la dépouille de Pasolini que lui-même porte  dans ses bras (1978)) ;  le corps dénudé et inerte traîné sur le sol de Naples (1990) ; l’homme noir malade du sida (Durban, 2002) …renvoient à l’indicible souffrance qui émane  du corps du Christ de  la Pietà de Michel-Ange dans la Basilique Saint-Pierre de Rome qui est la plus émouvante, et paradoxalement la plus belle que je connaisse, aux lignes si pures. Le mouvement du corps inerte et comme désarticulé du supplicié, bras pendant, la tête penchée sur la poitrine,  est le même.

    Certains dessins sont inspirés de créations célèbres. Ainsi, la série sur L’avortement (1975 ) peut être regardée comme le pendant inversé de L’origine du monde de Gustave Courbet. Certaines références sont explicites comme celle à David et Goliath du Caravage à propos de Pasolini. Les prisons sont très présentes dans l’œuvre d’EPE, avec leurs barreaux où les suaires qui recouvraient les cadavres de la sinistre prison de Lyon où sévissait Klaus Barbie.

   Ernest Pignon-Ernest si terriblement humain.

Bernard DESCHAMPS

25 février 2020

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens