Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 13:44

Aujourd’hui : La despedida du Maire d’Arles… Macron et l’Afrique…

La despedida du Maire d’Arles*

    Mon premier souvenir d’Arles remonte à 1954. Nous n’étions pas riches, ce fut avec Annie la destination de notre voyage de noce. J’ai découvert à cette occasion les arènes, le jardin des Alyscamps et Saint-Trophime. Neuf ans plus tard, en 1963, alors élu à Aigues-Mortes, j’organisai avec de l’aide de Geneviève de CInarca, une exposition des tapisseries de Jean Lurçat conjointement dans la Chapelle de la Charité en Arles et dans la Tour de la Gardette à Aigues-Mortes. Bien plus tard, quand je fus élu Conseiller général de Beaucaire, nos relations furent étroites car nos territoires se rejoignaient à Fourques, le Pont de Trinquetaille (les Gardois disent le Pont de Fourques) servant de trait d’union.

A notre arrivée avec Georges Cornillon, lui-même natif d’Arles, une foule nombreuse se pressait déjà, bien avant l’heure de la cérémonie, dans la grande salle du Palais des Congrès décorée aux couleurs de la ville,. Toutes les chaises étaient occupées. La plupart des participants assisteront  debout aux vœux d’Hervé Schiavetti à la population, les derniers après trois mandats. Souriant, détendu, celui-ci allait d’un groupe à l’autre, avec un mot amical pour chacun/e. Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, un groupe de plusieurs dizaines de personnes pénétrèrent dans la salle en scandant des mots d’ordre contre la réforme des retraites et en brandissant des pancartes disant leur colère. De cœur avec eux,  il les laissa  - ce qui est tout à son honneur – longuement s’exprimer.

      Ce Maire qui affirme son appartenance au parti communiste français, remercia, très œcuménique, les personnes, de droite et de gauche – élus, fonctionnaires, représentants des cultes, responsables d’associations, particuliers  -  avec lesquelles il oeuvra pendant 18 ans au service la ville. Et il évoqua les bons et les moins bons souvenirs. Le plus traumatisant dont il reste à jamais marqué est celui des inondations de 2003 qui immergèrent les quartiers nord d'Arles, la zone Industrielle nord, Trébon et Monplaisir, occupés par des habitations individuelles et collectives, des zones d'activités ainsi que par des bâtiments et équipements publics, piscine, écoles, prison. Il évoqua les réalisations dont la ville s’enorguellit et se déclara fier de laisser la commune avec un excédent budgétaire de 6 millions d’euros confirmé par la Cour régionale des Comptes.

    Le moment le plus significatif de la soirée fut certainement celui de la remise de distinctions à des Arlésiens anciens ou nouveaux qui contribuent au rayonnement de la ville, artistes, éleveurs camarguais, artisans, entrepreneurs, qui trouvent ici un foyer culturel d’une rare  richesse. J’ai senti alors  battre le cœur vivant de la Camargue. Merci Hervé de nous avoir associés à cette belle soirée dont la seule fausse note fut l’intervention intempestive et tonitruante d’un candidat à la prochaine élection municipale, indigne de ses hautes fonctions  passées.

* Despedida = Adieu. J’emprunte ce titre au journal La Provence.

 

Macron et l’Afrique

      Présenté abusivement comme un adversaire du colonialisme à la suite d’une déclaration qu’il avait d’ailleurs démentie le lendemain (en même-temps…), Macron non seulement poursuit la politique africaine de ses prédécesseurs, mais il l’aggrave. La transformation du Franc CFA en ECO ne doit pas faire illusion. Elle maintient en la consolidant la domination économique française.

      La réunion des pays du G5 (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) qui s’est tenue le 14 janvier à Pau  à son initiative s’inspire de la même philosophie. Elle avait pour but de confirmer et de poursuivre les opérations de guerre au Sahel, alors que depuis la décision de François Hollande d’intervenir militairement au Mali, la situation ne cesse d’empirer. Les groupes armés qui se réclament d’Al Qaida,  multiplient les attentats, les opérations contre les soldats de la force Barkhane et de l’ONU, les exactions de toutes sortes. Le Niger a subi le 9 janvier la pire attaque de son histoire avec 89 soldats tués. Ces groupes se nourrissent des frustrations des populations locales oubliées ou brimées par les pouvoirs mis en place avec l’appui des puissances occidentales. La solution – combien de fois faudra-t-il le dire - ne peut  pas être militaire mais  politique.

     Grâce à la médiation de l’Algérie, un accord pour la prise en compte des revendications économiques, sociales et démocratiques des populations du Nord-Mali, avait été conclu en 2015, entre leurs représentants et le pouvoir central. L’Etat malien n’a jamais appliqué cet accord. La France au lieu de faire pression sur les dirigeants maliens qui lui doivent beaucoup, a choisi l’option militaire. Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent en Afrique et en France contre cette désastreuse orientation de la politique extérieure de la France. Plusieurs milliers de manifestants exigeaient le départ des troupes étrangères, vendredi 10 janvier, dans les rues de Niamey et à Bamako.

     Ce blog s’honore de n’avoir jamais dérogé à cette démarche de paix et de respect de la souveraineté des peuples.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens