Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2019 7 27 /10 /octobre /2019 15:00

Les 22 candidatures déposées :

Azzedine Mihoubi, secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique, ancien ministre de la Culture.

Abdelkader Bengrina, président du parti El Binaa, ancien ministre du Tourisme et de l'Artisanat.

Ali Zeghdoud, président du parti Rassemblement algérien .

Abdelmadjid Tebboune, indépendant, ancien Premier ministre.

Ali Benflis, président de l'Avant Garde des libertés, ancien chef du gouvernement.

Djamel Abass, universitaire.

Abderrezak Habirat.

Abdelaziz Belaïd, secrétaire général du Front El Moustakbal.

Mourad Arroudj, président d'Errafah ;

Aissa Belhadi, président du Front de la bonne gouvernance, indépendant ;

Ali Sekouri, indépendant.

Belkacem Salhi, ancien secrétaire d'État chargé de la Communauté nationale à l'étranger, président de l'Alliance nationale républicaine.

Abdelhakim Hamadi, homme d'affaires.

Souleymen Bakhlili, journaliste.

Abderrahmane Arrar, coordinateur du Force civil pour le changement.

 

Les absents : D’abord, les principaux partis islamistes qui considèrent que les conditions ne sont pas réunies. Ensuite, les partis de l’Alternative démocratique (2) (FFS, RCD, MDS, PT ( Parti des travailleurs) dont la secrétaire générale, Louisa Hanoune a été condamnée à 15 ans de prison pour « complot »; ni le PADS (communiste) qui ne participe pas à l'alliance Alternative démocratique. Le FLN, le parti historique  dont Abdelaziz Bouteflika était le président d’honneur ne présentera pas non plus de candidat.

1-ANIE, Autorité Nationale Indépendante des élections présidée par Mohamed Charfi un proche d’Ali Benflis lui-même candidat.

2 -La ligue algérienne des droits de l'Homme LADDH (avec Said Salhi), le parti du RCD avec Mohcine Belabbas à sa tête, le FFS (Ali Laskri, Ali Brahimi), l’UCP de Zoubida Assoul, le PLD (Parti pour la laïcité et la démocratie), le MDS de Fethi Ghares, le PT, le PST de Mahmoud Rechidi, RAJ (Hakim Haddad)

L’analyse du quotidien El Watan :

« Le délai légal pour le dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle décriée du 12 décembre prochain est arrivé à expiration, hier à minuit. […]

…sur les 140 postulants recensés, seule une quinzaine (en réalité 22 ; ndmr) a, semble-t-il, réussi à franchir l’écueil, pourtant allégé à l’occasion de la dernière révision de la loi électorale, des 50 000 signatures individuelles des électeurs. Mais il faut attendre le verdict de l’ANIE, qui épluchera les dossiers des prétendants avant de désigner les «heureux» candidats à ce scrutin, dans un délai de 10 jours. Il y aura peut-être des surprises et des rejets de candidatures pour défaut du nombre complet de formulaires de souscriptions exigés.

Et pour cause, depuis la convocation du corps électoral, le 15 septembre dernier, aucune ferveur n’a été constatée autour de l’opération de collecte des signatures des électeurs. Aucun des candidats à la candidature n’a fait de déplacement dans les wilayas pour solliciter les paraphes des électeurs. Comment ont-ils procédé pour remplir leurs formulaires ?

C’est le grand point d’interrogation. L’opération, qui s’est déroulée dans un contexte particulier, marqué par un rejet massif de la part des Algériens de cette élection, s’est faite en catimini. Certains postulants malheureux ont déjà livré leur témoignage sur cette campagne en dénonçant «l’achat illégal» des signatures par des candidats, notamment les proches du pouvoir. Un fait qui devrait interpeller l’instance que préside Mohamed Charfi, d’autant que la loi interdit le recours à ce moyen déloyal. Que fera l’ANIE ? Qui sera autorisé à être dans les starting-blocks ? Il n’y aura pas un grand choix en tout cas. La liste des éventuels candidats est composée, majoritairement, de proches du président déchu, Abdelaziz Bouteflika, et… des lièvres.

 

Des proches de Bouteflika, Benflis et des lièvres

En l’absence des candidats des principaux partis de l’opposition traditionnelle qui ont tous boycotté cette joute, la prochaine course au palais d’El Mouradia risque d’être réduite à un concours des anciens courtisans du régime Bouteflika : un ancien Premier ministre et deux ex-ministres ayant soutenu le 5e mandat jusqu’à la dernière seconde.

Il s’agit de Abdelmadjid Tebboune, Azzedine Mihoubi, secrétaire général du RND, et Belkacem Sahli, secrétaire général de l’ANR. Que des partisans de la continuité. Ces trois «mousquetaires» de l’ère Bouteflika feront face à l’un des ennemis jurés de l’ancien président déchu, en l’occurrence Ali Benflis, président du parti Talaie El Hourriyet. Chef de gouvernement de 2002 à 2003, après avoir été ministre de la Justice, Ali Benflis tente, depuis plusieurs années, de se débarrasser de cette étiquette qu’on lui rappelle à chaque fois qu’il se présente comme un opposant.

C’est ce qu’il a d’ailleurs tenté de faire, hier, lors d’une conférence de presse tenue juste après le dépôt de son dossier auprès de l’ANIE. Le président de Talaie El Hourriyet espère, en tout cas, toucher le but cette fois-ci, après deux échecs cuisants face à la machine broyeuse du système. Mais cette fois, la joute électorale est faussée d’avance. On ne sait toujours pas si elle se tiendra à la date fixée, vu l’atmosphère politique qui règne dans le pays. Car le corps électoral, à qui devraient s’adresser les candidats potentiels, tourne carrément le dos aux urnes. Effectivement, depuis le lancement du processus électoral, le mouvement populaire s’est remobilisé pour faire barrage à cette élection.

Le nombre de manifestants, que les tenants du pouvoir qualifient de «groupuscules» et de «quelques éléments», ne cesse de prendre de l’ampleur. Le hirak prépare même une grande marche à l’occasion du 1er Novembre, date anniversaire du déclenchement de la Guerre de Libération, pour dire, une nouvelle fois, non à cette élection. Le climat politique général, marqué aussi par la contestation des avocats, des syndicats de divers secteurs et même, à partir d’aujourd’hui, des magistrats, n’est pas propice à la tenue d’une joute «voulue comme un début de solution à la crise actuelle». ‘El Watan)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens