Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 09:33

(Photo/ El Moudjahid)

El Moudjahid

16/03/2019

D.R

 Encore un vendredi où des centaines de milliers de personnes ont investi la rue dès la fin de la prière pour exprimer librement et surtout pacifiquement et dans une ambiance festive le rejet des dernières décisions et au changement immédiat du système en place.

Drapés pour un grand nombre d’entre eux de l’emblème national, comme, du reste, lors des manifestations précédentes, les manifestants, encore plus nombreux comparativement aux trois derniers vendredis, ont formé d’incroyables marées humaines et clamé haut et fort leurs aspirations en scandant des slogans actualisés suite au développement qu’a connu la scène politique au cette semaine. Comme lors des précédentes manifestations,  ce quatrième vendredi de mobilisation a été marqué par une forte présence des familles, notamment des femmes et des enfants, bien encadrés cependant par les forces de l’ordre qui ont su gérer le flux important des citoyens.  Alger n’a pas dérogé à la règle, connaissant même les plus imposantes marches et rassemblements. « Nous sommes pacifiques. Nous voulons juste que nos enfants vivent dignement », affirme une mère, accompagnée en la circonstance de sa fille de 8 ans. Les principales artères du centre-ville vers lesquelles convergent les manifestants étaient bondées de monde. Que ce soit à la rue Didouche Mourad, à la rue Hassiba Ben Bouali, à la place Audin, au boulevard Amirouche, à la Grande-poste ou encore la place du 1er Mai, les foules étaient impressionnantes. A telle enseigne que même les ruelles étaient saturées et ne pouvaient accueillir davantage de personnes. « Faute d’espace, on ne marche plus. On se rassemble et on chante », nous dit un jeune étudiant  . Par cette grande démonstration populaire qui s’est déroulée dans le calme, le peuple algérien a confirmé encore une fois que le civisme et la citoyenneté sont pour lui loin d’être de vain mot. Outre en effet le caractère pacifique de ces manifestations, l’on a vu des scènes de solidarité et de générosité qui ne pouvaient passer inaperçues. A l’image de ces groupes de jeunes secouristes qui s’attelaient à organiser les foules en accordant une attention particulière aux personnes vulnérables telles les femmes, les personnes âgées et les enfants. D’autres bénévoles  se sont fait remarquer par une énergie débordante en procédant avant même la fin des manifestations au nettoyage des lieux par le ramassage des bouteilles et autres déchets.

De leur côté, les riverains ont tenu à marquer de leur empreinte e distribuant de l’eau, des dattes et même du couscous.  En somme, un autre vendredi de mobilisation qui s’est achevé dans le calme, excepté quelques petits heurts, sans incidences majeures, déplorés à Telemly où les forces antiémeutes ont été contraintes de faire usage de bombes lacrymogènes pour empêcher des manifestants de marcher vers la présidence de la République.

 SAM 

 

Tizi-Ouzou : Des milliers de manifestants

La ville de Tizi-Ouzou a été hier le théâtre d’une grandiose marche populaire pour le changement radical du système politique dans notre pays, a-t-on constaté sur place. La marche à laquelle ont pris part des centaines de milliers de manifestants et manifestantes, jeunes et moins jeunes, s’est ébranlée aux environs de 13h depuis le portail du campus universitaire Hasnaoua pour sillonner les principales artères de la ville des Genêts.

Les marcheurs auxquels se sont joints d’autres marcheurs à la fin de la prière d’El djamouaa ont brandi des pancartes sur lesquelles étaient transcrits les principales revendications du mouvement populaire qui étaient également scandés à gorges déployées tout au long de cette marche pacifique qui aura durée plus de quatre longues heures tant que la marche s’est transformée au fil des heures en un gigantesque rassemblement en raison de la difficulté de circulation de cette marée humaine qui était tout simplement impressionnante, de l’avis de tous les habitués des manifestations populaires ayant comme théâtre la ville des Genêts. Les manifestants sont venus de différentes localités et villages de la wilaya de Tizi-Ouzou. Des processions humaines commençaient à y affluer au centre ville de Tizi-Ouzou deux heures avant l’heure prévue pour cette énième marche populaire pour le changement radical du système. Toutes les catégories sociales et professionnelles étaient représentées dans cette impressionnante marche durant laquelle les manifestants ont laissé libre cours à leur imagination et leur génie en témoignent les slogans originaux transcrits sur les dizaines de milliers brandis et fièrement dressés face aux caméras de télévision et autres Smartphones. Le drapeau national a quant à lui drapé la majorité des manifestants et manifestantes. L’emblème national est largement présent et brandi tout au long de cette manifestation populaire qui s’est déroulée pacifiquement de son début jusqu’à sa fin.

Bel. Adrar

 

BEJAIA :  Pour le respect des lois

Des centaines de milliers de manifestants ont marché hier, à travers les principales artères de la ville scandant pour le «changement radical du système» et «le respect des lois constitutionnelles».

A treize heures l’esplanade de la maison de la culture, lieu du rendez-vous, était pleine à craquer de manifestants de tout âge et des deux sexes brandissant des drapeaux, des banderoles et des pancartes portant des inscriptions «respect de la constitution, non au prolongation» «Pour une Algérie libre et démocratique». Précédée d’un gigantesque emblème national porté par plusieurs manifestants, la grandiose marche s’est ébranlée vers le centre-ville au milieu des cris «Silmia, Silmia» (pacifique, pacifique) «Djazair Hourra democratia» (Algérie libre et démocratique).

Alors que les premiers manifestants sont arrivés au niveau du siège de la wilaya, les derniers carrés étaient déjà toujours sur l’esplanade de la maison de la culture. Une véritable marée humaine qui déferlait dans les rues vers la haute ville pour dire «non à la prolongation du 4e mandat, pour des élections libres et transparents». Face à cette marée humaine dans une atmosphère de fête, un policier chargé de la sécurité de l’itinéraire s’est joint à la foule des manifestant sous les cris «Chorta, chaab khaoua, khaoua» (Police, peuple, frère, frère). Cette marche s’est achevée dans le calme et sans incident.

M. Laouer

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens