Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 16:24

Salauds de pauvres

Il m’arrive de critiquer mon journal l’Humanité. Et mes paroles sont alors d’autant plus acerbes que c’est, depuis plus de soixante ans, MON journal. Une sorte de dépit amoureux, en somme. Mais heureusement, l’Huma, le plus souvent me comble. C’est le cas aujourd’hui et je ne résiste pas au plaisir de reproduire ici l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin , sous le titre, Peuple des ombres :

« Une mobilisation en baisse ? La belle affaire…Il n’aura échappé à personne que les commentateurs les plus savants dans l’art des analyses définitives se gargarisent et ont décrété l’acte de décès du mouvement des gilets jaunes.. Entre « clap de fin » et «nombre d’arrestations en net recul » (comme si ce dernier critère était devenu le mètre étalon du calcul quantitatif), ils veulent nous convaincre que près de 70 000 personnes mobilisées encore dans toute la France, un cinquième samedi de rang et à une semaine de Noël, ça ne compte pas ! Françaises, Français, citoyens et salauds de pauvres, circulez, puisqu’on vous dit qu’il n’y a plus rien à voir ! Et surtout, passez de bonnes fêtes, même si vous n’en avez pas les moyens !

Ce cynisme et cette médiocrité du cœur, de l’esprit et des yeux ont de quoi nous affliger. Par ces excès, par ce matraquage idéologique d’une rapidité stupéfiante, cela témoigne que, décidément, beaucoup refusent de comprendre ce qui se passe vraiment. Oui, la participation fut en recul, en particulier à Paris,. Les causes sont multiples. Mais en dépit des basses manœuvres du pouvoir et de sa tentative d’instrumentaliser tous les ressorts intimes de l’émotion suscitée par la tuerie épouvantable de Strasbourg, le mouvement s’enracine et il semble bel et bien que la détermination des citoyens contre un ordre injuste soit intacte, malgré la répression,

Le peuple des ombres prend désormais toute la lumière : cela dérange ! N’en déplaise aux donneurs de leçons hâtives, qui n’aspirent qu’aux soustractions, l’addition des colères sociales ne se dément pas. Et si certains acteurs de cette insurrection s’interrogent légitimement sur les suites à donner à leurs actions – c’est bien le moins – les beaux parleurs feraient bien de ne pas oublier que les gilets jaunes et ceux qui les soutiennent n’ont aucune consigne à recevoir, ni du pouvoir, ni des médias, ni de personne en vérité. Cette révolte citoyenne en tant que processus – dont on ne sait jusqu’où il ira – active tous les sentiments et exalte potentiellement une sorte d’ébranlement. Comme si la peur pouvait changer de camp durablement. Pour arrêter la course à l’abîme et la masse extraordinaire de souffrance que produit un tel régime politico-économique. »

Cet édito ouvre une série de d’études et de reportages qui aident à comprendre cette nouvelle manifestation de la lutte des classes.

Et puis il y a ce billet d’humeur si sensible de Magali Jauffret (te souviens-tu Magali de nos longues conversations avec Jean Kanapa ?) sur la prestation de Deborah de Robertis,  voilée de rouge, seins nus, coiffée du bonnet phrygien face gardes mobiles samedi à Paris.

Ah, mon Huma !

Bernard DESCHAMPS

17 décembre 23018

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens