Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 12:36

C'est l'horreur à Gaza ! Des manifestants palestiniens sans armes sont abattus par l'armée israélienne. De minute en minute le bilan s'alourdit. A 23h. on dénombrait  55 morts depuis ce matin dont des enfants et plus de 2400 blessés. Mon coeur saigne. Je leur dédie ce poème écrit en 2004 qui évoque d'autres combats. Bernard DESCHAMPS

                                          Résistances

 

Un éclair fauve griffe la nuit glaciale

Ami ou ennemi ?

Je vais et une chanson me monte aux lèvres

..."au creux des lits font des rêves".

Sous le soleil des loups

Dans la senteur musquée des chênes

Me reviennent

Des images

D'ombre et de treillis.

La lueur froide d'une arme

Une pierre qui roule

Un juron étouffé.

Ces montagnes gardent le souvenir

De temps cruels.

Fous de Dieu.

Fous de Liberté.

La foi les animait qui leur fit prendre les armes.

O tragique destin que celui de ces hommes

Contraints d'ôter la vie.

Le regard qui vacille

Ce reflet de l'âme de celui qui va mourir.

L'épouvante du regard.

Comment l'oublier ?

Ne voir qu'une masse sombre

Sans regard.

Une brute vêtue de noir

Comme la mort.

Ne penser qu'à celui qui est mort dans les supplices.

Ne plus voir l'homme, mais la brute.

Et tuer..

Des hommes jeunes et tendres

Qui au creux des lits faisaient des rêves

Se firent bouchers.

Ah! Temps cruels !

Quand viendront-ils ces temps nouveaux

Annoncés par Gandhi ?

Mandela...Mandela...Que feront tes enfants ?

Sabra et Chatila c'est encore aujourd'hui.

Barghouti dans sa geôle.

Il y aura toujours des pierres

Pour les enfants de Palestine

Et nous nous ferions censeurs ?

Nous qui devons la vie à ceux qui l'ont ôtée.

Le calme de la nuit.

La paix de ces montagnes

Ne sauraient nous faire oublier

La faim

Le mépris

La torture

Les maisons détruites

Les enfants assassinés

Les pauvres objets du ménage

Dispersés.

Les vêtements en loque

Un lambeau de robe déchirée

Suspendu aux branches d'un arbre.

La douleur.

La fureur aussi.

Comment ne les comprendrions-nous pas ?

Le mur

Qui défigure la Palestine

Comme un coup de sabre

Serait-il plus acceptable

Que celui qui fut détruit

Une nuit d'hiver en 1989 ?

Ah! Jésus supplicié sur la croix !

Combien sont-ils aujourd'hui

Qui comme toi chaque jour

Meurent dans les camps ?

 

                                       Les Horts (Cévennes), 14 décembre 2004

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens