Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 16:26

El Moudjahid

05/12/2017

La visite attendue, demain, du président français Emmanuel Macron devrait confirmer la relance des relations entre les deux pays sur tous les plans. Le volet politique, souvent sujet à des tensions, ne fera pas exception. Cette volonté d’aller de l’avant a été réitérée au plus haut niveau, tant à Alger qu’à Paris. Dans son message de félicitations adressé au président français, à l’occasion de la célébration de la fête nationale du 14 juillet, le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait réitéré sa «pleine disponibilité» et sa «volonté résolue» à œuvrer, avec M. Macron, dont l’élection remontait à quelques mois à peine, en vue de «consolider davantage la coopération entre l'Algérie et la France, et de la porter à la hauteur de la dimension humaine et du partenariat d'exception, que les deux pays ont décidé d'édifier ensemble». Le Président Bouteflika fera part, aussi à cette occasion, de sa conviction de voir le travail des deux parties donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales. «Je suis convaincu que, sous notre impulsion commune, ce partenariat d'exception entre nos deux pays saura progresser encore vers une exemplarité féconde dans la réconciliation des mémoires, autour d'une amitié raffermie et d'un co-développement réussi dans l'intérêt mutuel de nos deux peuples», a ajouté le Président de la République. Dans sa réponse à ce message, M. Macron dit également son souhait de voir se renforcer cette dynamique avec son homologue algérien et donner aux relations bilatérales, «une dimension supplémentaire». Aussi, il ne manquera pas de souligner que ce travail, qui a commencé dès lendemain de son élection, «consiste à assumer notre mémoire commune dans sa vérité et son intégrité». Le président français rappelle par ailleurs que «beaucoup de travail a déjà été effectué». À ce sujet, M. Macron salue la «vision» et «l’engagement décisif» du Président Bouteflika dans le développement du partenariat d’exception qui unit la France et l’Algérie. «Votre impulsion dans la refondation engagée en 2012 avec mon prédécesseur a permis des avancées spectaculaires dans tous les domaines. Jamais dans l’histoire, les liens entre nos deux pays n’ont atteint un tel niveau d’excellence et de densité», a-t-il souligné. Mais si le partenariat économique se consolide au fil des sessions du Comité intergouvernemental de haut niveau algéro-français et de la mise en œuvre des projets retenus dans l’esprit d’un partenariat gagnant-gagnant, il reste cependant une question sur laquelle les attentes demeurent importantes en Algérie. Il s’agit de la mémoire. Sujet ô combien sensible, puisque aucun des prédécesseurs de l’actuel locataire de l’Élysée n’a osé dépasser, ce qui semble être une ligne rouge ! Le sujet, bien que ravivant à chaque fois les tensions, est néanmoins régulièrement remis sur la table. Le président Macron, lui, a donné l’impression d’être plus à l’aise sur cette question. Son jeune âge y est, de l’avis de nombreux analystes, pour beaucoup. Lors de sa campagne électorale, il avait ainsi déclaré que «la colonisation est un crime contre l’humanité». Lors de son récent voyage au Burkina Faso, il laissa aussi l’impression d’un dirigeant qui ne veut plus focaliser sur le sujet. «C’est un passé qui doit passer», a-t-il affirmé, et ce même s’il reconnaît que

Sa première visite en tant que chef d’État sera-t-elle l’occasion de la réconciliation des mémoires comme voulue par Alger, ce qui ne manquera pas d’être une plus-value pour le partenariat d’exception ou bien sera-t-elle, encore une fois, une autre occasion gâchée ?

Nadia Kerraz

(J'ai souligné certains passages en italique. BD)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens