Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 08:54
DANS LES PAS DE VINCENT VAN GOGH

Il ne connaissait pas encore la lumière du Midi de la France et n’avait pas encore adopté la technique des éclats de couleurs des Impressionnistes. Il dessinait à la plume ou à la craie noire. Noire comme le charbon du Borinage. Ses dessins sont moins connus que L’autoportrait à l’oreille bandée, La chambre ou ses Tournesols……mais quelle force ! Alors que d’autres dessinent des mineurs, Vincent est surtout sensible aux travailleurs de la terre et plus particulièrement au travail des femmes. Ses gravures témoignent d’une véritable empathie pour ces hommes et ces femmes dont les gestes, la souffrance au travail, la résignation aussi sont exprimés avec une force impressionnante. Les paysans, à cette époque, ne sont guère différents de la description qu’en faisait La Bruyère deux siècles plus tôt: « attachés à la terre qu’ils fouillent et qu’ils remuent avec une opiniâtreté invincible. » La pomme de terre constitue la base de leur alimentation comme le montre le tableau Les mangeurs de pommes de terre (1885). On a mal au dos en regardant ces femmes, reins cassés, penchées sur le sol pour glaner ou récurer une marmite (1885). Le geste du Moissonneur (1885) est d’une grande vérité, les épis de blés ploient sous sa faux et le Semeur a le geste juste. Et les regards…Les yeux du Vieillard en haut de forme (1882-1883) nous scrutent. Le regard de la mère dans Femme avec un enfant sur les genoux exprime la compassion mais aussi une certaine distance qui n’est pas de l’insensibilité mais l’intériorisation d’un sentiment de fatalité devant la douleur des filles. Les yeux dans Portrait de femme (Anvers, 1885) nous disent tout à la fois l’intérêt que celle-ci nous porte, une vie intérieure intense et ici aussi la résignation répandue en cette fin de XIXe siècle et que vont faire bouger les premiers mouvements pour Le droit des femmes. Vincent Van Gogh n’en est pas là. Ce qu’il décrit c’est l’humanité souffrante et non celle qui lutte. Il s’inspire de Jean-François Millet dont L’Angélus figure à l’exposition et dont il reproduisit Le Semeur en 1881, mais sans angélisme. Ce qu’il exprime en 1882-1885, avec une remarquable justesse de ton, c’est la souffrance des hommes et des femmes de la terre. Ainsi dans Femme pleurant assise sur un panier (1883). Plus tard ce sont ses propres tourments qui imprègneront ses œuvres.

Les paysages, les objets, les outils, les vêtements de l’époque ; l’enclume de la Forge (1882), le métier de L’homme enroulant du fil (1885), les sabots de bois du Bêcheur (1882), la chemise du Vieillard au coin du feu (1881) sont reproduits avec une précision ethnographique.

Cette exposition intitulée Les dessins de Van Gogh : influences et innovations est présentée dans les locaux de la Fondation Vincent Van Gogh d’Arles inaugurés en 2014 et spécialement aménagés dans une ancienne maison bourgeoise qui, comme le Musée Pierre-André Benoit d’Alès, en a conservé l’atmosphère intime. Elle fait honneur à la ville dont notre ami Hervé Schiavetti est le Maire.

Je profite de cette visite pour mettre mes pas dans ceux de l’artiste. Malheureusement la Maison jaune qu’il habita n’existe plus, démolie par le bombardement du 27 mai 1944, mais je vais me recueillir dans le jardin de l’Hôtel-Dieu où il fut soigné après s’être coupé le lobe de l’oreille. Cet édifice du XVIe siècle qui avait plus des allures de prison avec ses ouvertures barreaudées dont certaines subsistent, que d’un havre de paix, n’était vraiment pas de nature à lui faire retrouver la sérénité en dépit des soins attentifs que lui prodigua le Dr. Rey.

Bernard DESCHAMPS

11/09/2015

DANS LES PAS DE VINCENT VAN GOGH

Partager cet article

Repost 0
Published by bernard-deschamps.over-blog.org
commenter cet article

commentaires

DESCHAMPS BERNARD 12/09/2015 19:40

Je me suis interrogé: devais-je écrire "Sur les pas..." ou "Dans les pas...". J'ai choisi "Dans les pas de Vincent Van Gogh" car le regard que je porte sur ses dessins n'est pas extérieur. Je suis moi-même un fils de la terre. La plupart des travaux que représentent ses dessins je les ai pratiqués: glaner, récolter les pommes de terre...Il m'arrive encore de bêcher mon jardin et j'adore rêver devant une flambée dans ma cheminée...Je me sens profondément en phase avec les sentiments qu'il exprime. Je m'inscris DANS sa démarche...

Présentation

  • : ww.bernard-deschamps.net
  • ww.bernard-deschamps.net
  • : Blog consacré pour une grande part aux relations entre l'Algérie et la France.
  • Contact

Recherche

Pages

Liens